About

Feeds

 

〰 Tidal, Archiloque's feed reader

Hacker NewsGoogle is going to buy Twitter
Comments
Hacker NewsWhy Do Obese Patients Get Worse Care? Many Doctors Don't See Past the Fat
Comments
Hacker NewsThe impact of Let's Encrypt on the SSL certificate market
Comments
Hacker NewsSpaceX is testing new powerful engines for its mission to Mars
Comments
Planet IntertwinglyIBM fuels digital marketing transformation with...
IBM fuels digital marketing transformation with #THINKMarketingIBM fuels digital marketing transformation with...IBM Technical Rock Star Program
Hacker NewsThe Strange Victorian Computer That Generated Latin Verse
Comments
Hacker NewsYes, you probably suffer from Computer Vision Syndrome
Comments
Hacker NewsMicrosoft announced Windows Server 2016 release at MSIgnite today
Comments
Hacker NewsMicrosoft announces availability of Windows Server 2016 and System Center 2016
Comments
Planet Intertwingly#IRegistered to vote. Have you?
¡Hola! Desplazarse hacia abajo para leer este mensaje en español -Ed.On the eve of National Voter Registration Day, we’re doing our part to encourage American voters to get registered for the 2016 election. We've already added in-depth information in Search for registration and how to vote, and now we're adding this same information in Spanish. Now both Spanish and English speakers will be able to get custom, state-by-state information on key registration deadlines, when to get to the polls, and even steps on how to vote early or by mail. We hope this feature helps simplify the registration process for more American voters.By helping more people get registered, we're also helping ensure more people get to the polls and vote. The majority of Americans who register to vote end up voting — according to the US Census Bureau, in 2012, 86 percent of those who registered also voted in the November election. Today's Google Doodle encourages people to get registered in time for National Voter Registration DayYouTube creators also want you to head to the polls and #voteIRL. Tune in to this playlist to see how you can register to vote in the amount of time it takes Ryan Seacrest to host a radio show or The Fung Bros to shoot hoops. Surprising fact: it only takes one minute and 34 seconds! Once you’ve registered, join us in encouraging others along the voting process by sharing a post with #IRegistered on social media. Registering to vote is just the first step toward casting your ballot in this year’s election. We hope that you’ll be inspired to learn more about the candidates, the issues, and the voting process — and make your voice heard in 2016!Posted by Jonathan Betz, Engineering Manager, Civic Engagement _________________________________________________________________________________Yo me registre para votar. ¿Y tu? #IRegisteredEn la víspera del Día Nacional de Registro de Votantes, estamos haciendo nuestra parte para animar a los votantes estadounidenses para registrarse para las elecciones del 2016. Ya hemos añadido información detallada en búsqueda de como registrarte y cómo votar, y ahora estamos añadiendo esa misma información en español.Ahora, tanto los hablantes de español e inglés podrán obtener información personalizada, estado por estado sobre las fechas clave de registro, horarios para llegar a las urnas, e incluso los pasos necesarios para votar temprano o por correo. Esperamos que esta función ayude a simplificar el proceso de registro para más votantes estadounidenses.Al ayudar a que más personas se registren, también estamos ayudando a asegurar que más personas lleguen a las urnas y voten. La mayoría de los estadounidenses que se registran para votar terminan ejerciendo su voto - según la Oficina del Censo de Estados Unidos, en el año 2012, el 86 por ciento de los que se registraron también votaron en las elecciones de noviembre.El Google Doodle de hoy anima a la gente para que se registren a tiempo como parte del Día Nacional de Registro de VotantesLos creadores de YouTube también quieren que acudas a las urnas y voten en vida real con la campaña #voteIRL. Te recomendamos sintonizar esta lista de videos para aprender cómo puedes registrarte para votar casi en la misma cantidad de tiempo que le toma a Ryan Seacrest presentar su programa de radio o a los Fung Bros jugar baloncesto. De hecho, te sorprenderá saber que: ¡sólo te tomará un minuto y 34 segundos! Una vez que te hayas registrado, te invitamos a acompañarnos a animar a otros a lo largo del proceso de votar, compartiendo un post utilizando #IRegistered en tus redes sociales.Registrarse para votar es sólo el primer paso para emitir tu voto en las elecciones de este año. ¡Esperamos que te inspires a aprender más sobre los candidatos, los temas, y el proceso de votación - y al mismo tiempo hacer oír tu voz en el 2016!Publicado por Jonathan Betz, Gerente de Ingeniería, Participación Cívica https://1.bp.blogspot.com/--AqQ1CwAvYM/V-WhgzplxLI/AAAAAAAATFE/xrmbLU7UvDYaczAVPBkSiGaE1Pl3c0eegCLcB/s1600/Google_IRegistered.jpg Jonathan Betz Engineering Manager Civic Engagement
Hacker NewsShow HN: Choreographer-JS, a simple way to handle complicated animations
Comments
Hacker NewsRebase and merge pull requests
Comments
Hacker NewsThe Verge editor secretly joins Apple, doesn't inform the Verge
Comments
Ars TechnicaAmazon fined $84,000 for shipping li-ion batteries by air

(credit: Getty Images)

Amazon UK Services Ltd has been fined £65,000 for attempting to ship dangerous goods on passenger planes, including lithium-ion batteries and aerosols.

The retailer was found during sentencing at Southwark Crown Court last week to have breached four UK civil aviation rules for the offence of "causing dangerous goods to be delivered for carriage in an aircraft."

The offending items included spare batteries for mobile phones or tablets, as well as a can of Dove deodorant and a hair mousse made by Tresemme, which were sent on a mixture of domestic and international flights, according to the Press Association. Each item was intercepted by staff working for Royal Mail or UPS during routine screening between January 2014 and June 2015, before they could be transported.

Read 5 remaining paragraphs | Comments

Ars TechnicaGeely becomes the main sponsor of Bloodhound SSC’s 1000mph land speed car

Enlarge (credit: Stefan Marjoram )

On Monday morning, the Zhejiang Geely Holding Group—which owns Chinese car brand Geely as well as Volvo and the London Taxi Company—announced that it is now the main sponsor and official automotive partner of the Bloodhound SSC land speed record project. The three-year deal includes both financial and technical support for the project, as well as an extension of Bloodhound SSC's STEM in schools promotion across China.

Richard Noble, the main driving force behind Bloodhound SSC (and both previous land speed records) said "We could not have a better partner than Geely: not only are they an international technology company with tremendous vision and capability, they share our passion for innovation and education. Their support, both technical and financial, means we can now plan next year’s record-breaking challenge with confidence. It also means we can take our STEM inspiration message to a vast new audience, which is great for science and engineering but also for promoting Great Britain.”

The head of Zhejiang Geely Holding Group, Li Shufu said "Since day one we have been committed to breaking technology barriers at Geely and working with Project BLOODHOUND will help further our mutual technology breakthrough to an international audience. It also means we can tell millions of young people, in China and around the world, about the opportunities presented by studying science, technology, engineering and mathematics. That is what makes this ‘Engineering Adventure’ so special and why we wanted to be part of it."

Read 2 remaining paragraphs | Comments

LWN.netOpenSSL security advisory for September 26
This OpenSSL security advisory is notable in that it's the second one in four days; sites that updated after the first one may need to do so again. "This security update addresses issues that were caused by patches included in our previous security update, released on 22nd September 2016. Given the Critical severity of one of these flaws we have chosen to release this advisory immediately to prevent upgrades to the affected version, rather than delaying in order to provide our usual public pre-notification."
LWN.netKernel prepatch 4.8-rc8
The 4.8-rc8 kernel prepatch is out. "Things actually did start to calm down this week, but I didn't get the feeling that there was no point in doing one final rc, so here we are. I expect the final 4.8 release next weekend, unless something really unexpected comes up."
Hacker NewsV86 – An x86-compatible CPU and hardware emulator
Comments
Ars TechnicaElon Musk reveals first photos of SpaceX’s powerful new Raptor engine

SpaceX founder Elon Musk continued to drop tidbits about his "Interplanetary Transport System" on Twitter early Monday morning, sharing two photos of SpaceX's Raptor engine during a test fire at the company's facility in MacGregor, Texas. "SpaceX propulsion just achieved first firing of the Raptor interplanetary transport engine," he tweeted.

Musk released the photos on the eve of a much-anticipated speech Tuesday at the International Astronautical Congress, in Guadalajara, Mexico. During his speech Musk will lay out the elements of his vision for humanity to colonize other worlds. As Ars has reported Musk will likely offer an inclusive message, reaching out to potential partners. This is because SpaceX cannot self-fund colonization and will need help from the government and industry.

In subsequent tweets early on Monday Musk provided a few details about the Raptor engine, which he said has a thrust of about 3 million Newtons in the upper atmosphere. This is about three times more powerful than the company's existing engine, the Merlin 1-D, nine of which power SpaceX's Falcon 9 rocket. Additionally, with these specs the Raptor would be slightly more powerful than a space shuttle main engine, and in the same class as Blue Origin's BE-4 rocket engine, which has not yet undergone a full-scale test.

Read 2 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsGenerating Faces with Deconvolution Networks
Comments
Hacker NewsIntroducing Docker for Windows Server 2016
Comments
Hacker NewsIn Brooklyn, Uber is now bigger than taxis
Comments
Ars TechnicaMicrosoft, Adobe ink cloud partnership

Adobe's Creative Cloud, once optional, is now the only way to get access to the latest versions of the company's software. (credit: Adobe)

ATLANTA—Microsoft and Adobe announced today a new partnership that will see the two companies use and promote each other's cloud services.

Under the new partnership, Adobe will be using Azure for its Marketing Cloud, Document Cloud, and Creative Cloud services. Microsoft in turn will make Adobe Marketing Cloud its preferred marketing service for customers of its new Dynamics 365 Enterprise edition.

Dynamics 365 combines Dynamics CRM and Dynamics ERP into a single cloud service. Microsoft is also integrating its Power BI and Cortana Intelligence Suite capabilities to give Dynamics users greater data analysis capabilities. With the Adobe partnership, that analytic power will be able to reach into Adobe's Marketing Cloud to allow marketers to better understand the reach and effectiveness of their campaigns.

Read 3 remaining paragraphs | Comments

Planet IntertwinglyO'Reilly AI Conference in New York 2016 livestream
Watch keynotes from the O'Reilly artificial intelligence conference in New York City.Continue reading O'Reilly AI Conference in New York 2016 livestream.
Hacker NewsFunctional programming in C++
Comments
Hacker NewsIBM says Swift is ready for the enterprise
Comments
Hacker NewsAutism and evolution
Comments
Hacker NewsBody fat link to bacteria in feces
Comments
Hacker NewsFacebook 'blocks accounts' of Palestinian journalists
Comments
Hacker NewsCanvas Gauges 2.0 – opensource gauge components
Comments
Planet IntertwinglyFour short links: 26 September 2016
Linking Records, Encrypted Editing, Neural Photo Editing, and Self-Care Resources A Bayesian Approach to Graphical Record Linkage and De-duplication (PDF) -- When data about individuals comes from multiple sources, it is often desirable to match, or link, records from different files that correspond to the same individual. Other names associated with record linkage are entity disambiguation, entity resolution, and coreference resolution, meaning that records that are linked or co-referent can be thought of as corresponding to the same underlying entity. CryptPad -- encrypted group text editing, but the server doesn't know the plaintext being edited. Open source. Neural Photo Editor -- don't clone; paint with "what looks like it might go here." Bizarre! selfcare.tech -- a repository of self-care resources for developers & others. Continue reading Four short links: 26 September 2016.
Ars TechnicaBuilding a bionic spine

Enlarge / Behold, the stentrode. (credit: University of Melbourne)

Australian neurologist Tom Oxley was on vacation in the US in November 2010 when he decided to do a bit of work. So he pitched an electrode array for reading brainwaves to the Defense Advanced Research Project Agency’s (DARPA) Military Prosthetics program. Instead of requiring invasive surgery to implant directly into the brain, Dr. Oxley’s electrode array could be threaded into a vein passing through the brain.

Oxley was surprised to get a response straight away, inviting him to discuss his device in person. At his meeting with DARPA’s Colonel Geoffrey Ling, Oxley got a bigger surprise still. Here’s how Oxley describes the encounter:

[Col. Ling] leaned back in his chair and said, “Well that’s interesting. No one has been doing that at DARPA. Why don’t you go home and put a team together, and we’ll give you a million dollars to build this thing.”

Easier said than done. As a neurologist, Oxley didn’t have the engineering know-how to build a complicated electronic device that could be compressed into a sub-millimeter catheter and still retain its signalling abilities. And he didn’t know who could; he wasn’t an academic with years of research collaborations and connections behind him. “It was surreal,” Oxley told one interviewer. “All of a sudden I’d started my Ph.D. and had several million dollars to work with and a whole area to start my own lab.”

Read 34 remaining paragraphs | Comments

Rezo.netCouvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide | Karam Al-Masri
En cinq ans, il a connu malheur après malheur : la prison du régime puis celle de l'EI, la mort de ses parents dans un raid, le siège de son Alep natal, la faim et l'enfer des bombardements. Malgré ce terrible parcours, notre correspondant Karam Al-Masri, photographe et vidéaste dans la partie rebelle de la deuxième ville de Syrie nous raconte au jour le jour, avec un courage qui ne vacille pas, l'histoire de cette métropole dévorée par une guerre sans merci.
Source: Making-of
Hacker NewsOpenSSL Security Advisory - 26 Sep 2016
Comments
Rezo.netStories From the Black Panthers' Unfinished Revolution
In “The Black Panthers: Portraits From an Unfinished Revolution,” the photographer Bryan Shih and the historian Yohuru R. Williams tell the rarely heard stories of the rank-and-file members of the organization through portraits, interviews and scholarly essays.
Hacker NewsStreak (YC S11) hiring a Back end Tech Lead to build autopilot for salespeople
Comments
Hacker News“Finland could employ some 2000-3000 developers immediately”
Comments
Hacker NewsNew Raspberry Pi Coming Soon
Comments
LWN.netProdromou: Adopt a pump.io server

Evan Prodromou, creator of identi.ca and pump.io, has put a call out for interested parties to adopt the administration of public pump.io microblogging servers, which he is currently funding out of his own pocket. "Almost all of them are on $5/month Digital Ocean droplets, which makes them relatively cheap for a single person to support. If you decide you want to adopt a server, E14N will sell you the domain and all the software and data for $1. But you'll be obligated to keep the server running pump.io for at least a year, and if you decide you don't want to run it, you have to sell it back to me." There are currently around 25 servers in the federated network initially started by Prodromou, which does not count other pump.io instances. He notes that one important exception is the identi.ca site, which is significantly larger than the rest, and which he would like to find a trusted non-profit organization to maintain.

Hacker NewsNever prioritize your roadmap based on customer feedback
Comments
Hacker NewsI stopped contributing to stackoverflow, but it's not declining
Comments
Hacker NewsCloud Computing Design Patterns
Comments
Rezo.netSeptember 26th is Stanislav Petrov Day - The Man Who Saved the World
September 26th is Petrov Day, celebrated to honor the deed of Stanislav Yevgrafovich Petrov on September 26th, 1983. Wherever you are, whatever you're doing, take a minute to not destroy the world.
Rezo.netAssignations à résidence, interdictions de manifester, tout savoir sur l'abolition de vos droits
Entretien avec Me Pascual et Me Kempf.
Source: Lundi matin
Hacker NewsFind Node.js Memory Leak – Simple Guide
Comments
Hacker NewsThe hippest internet cafe of 1995
Comments
Hacker NewsThe hippest internet cafe of 1995 [video]
Comments
Rezo.netDémocratie, démocrature, « corps nocturne » | Etienne Copeaux
Dans les jours qui ont suivi la tentative de putsch du 15 juillet 2016, il a beaucoup été question de la démocratie en Turquie. Il n'y a guère eu de débat, dans les médias, pour savoir si le régime d'Erdogan était effectivement démocratique ; les manquements très graves aux droits humains et aux libertés de l'année écoulée ont rarement été rappelés, et encore moins l'existence, depuis au moins un demi-siècle, de lourds instruments législatifs de répression.
Source: Susam-Sokak
Hacker NewsJapanese Can Soon Pay Their Utility Bills with Bitcoin
Comments
Hacker NewsGo tooling essentials
Comments
Rezo.netAux racines communes des classes, du néo-patriarcat et du néocolonialisme raciste | Sortir du capitalisme
Une émission aux racines communes du capitalisme, des classes, du patriarcat et du néocolonialisme raciste, pour une théorie critique émancipatrice commune de toutes les dominations sociales – avec Benoît d'Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie). Durée : 2h15.
Hacker NewsSweden Wants to Fight Disposable Culture with Tax Breaks for Repairing Old Stuff
Comments
Hacker NewsMajor features of PostgreSQL 9.6 [pdf]
Comments
Rezo.netHistoires de cocaïne | PBG
Le journalisme intrépide a ses adeptes les plus fidèles au sein de l'équipe de PBG. Et nous voici partis pour une émission psychostimulante comme ils disent, à (free)base de musique sous influence, d'histoires hallucinées, de narco-états, d'économie patte-pelue, de morale pharisienne, de noyaux accumbens et bien sûr de dopamine, cette sacré dopamine sans qui la feuille verte serait aussi innoffensive que de la verveine, crois-en ton Mourousi. Durée : 1h45.
Source: Radio Panik
roguelike developmentMy first ever Dungeon Map Generator, and the creation of Solid Rascal.

Wow, 5 days of intensive coding, research, coffee (and punches on the wall) i finally made my first dungeon generator.

The current code, creates a predetermined number of rooms, check if they overlap and create corridors linking every room.

Here, little gifs showing the progress since i started 5~ days ago.

Learning about map creation and placement on the console, testing with the Random Walk Algorithim

Compilation 1

After choosing how the map is created and placed, was time for, Room creation and overlap checking (that last part was a pain in the **s)

Compilation 2

And finally the Corridors linking every room. (i know is kinda ugly in the current state, but for a learning development i'm satisfied)

Compilation 3

Was an amazing week for me, i was trying to do something like that since a long time ago, and finally i did it :) .

BUT this is only the first part, i plan to add more things of course, my current target is to make something like ROGUE, a basic dungeon, items, exploration and more floors of course.

I am documenting everything, i plan to release the source code soon, hoping that will help anyone that are starting on this kind of development. The current project are being made on Visual Studio, using ConsolleApplication with C#.

Well thats it...by the way, i gave a name to the project, Solid Rascal, at first it was suposed to be just a learning project, but, after those progress, i'm motivated to try something with it, when i finish what i pretend to learn.

This part is kinda... random but here, some notes on my notebook... i really enjoy writing almost everything down, so i can go trough the logic with my variables, before testing on the compiler so i can have more control and see the numerical results.Notes

That's all folks.

Edit: Text formatting

submitted by /u/Vddicted
[link] [comments]
Rezo.netAvec les combattants du Kivu | Les oreilles loin du front
Le 23 mars 2016, on a reçu la journaliste Justine Brabant à l'occasion de la sortie de son livre « Qu'on nous laisse combattre, et la guerre finira. Avec les combattants du Kivu », publié aux éditions La Découverte. Durée : 1h26.
Hacker NewsGoogle Project Shield
Comments
Le Clavier CannibaleIain Sinclair & Philippe Vasset sont dans un arbre (à lettres)

Explorateurs des espaces urbains, avec un goût prononcé pour la marginalité sous ses différents aspects, que ce soit à Londres, Paris, ou d'autres territoires,

Iain Sinclair et Philippe Vasset

seront ce soir les invités de la

librairie l'Arbre à Lettres
(62, rue du Faubourg St Antoine 75012 Paris)

(donc: lundi 26 septembre à 19 heures)

Cette rencontre sera également l'occasion idéale de mieux découvrir les dernières parutions de Iain Sinclair (London Overground publié chez Inculte) et Philippe Vasset (La Légende, chez Fayard).
Rezo.net« Travailler plus pour gagner moins » | Ferdinand Cazalis
En plein mouvement contre la loi Travail, des correcteurs et correctrices ont décidé de lancer une offensive contre les patrons de l'édition soit-disant de gauche. Avec une revendication des plus élémentaires : ne plus être payé à la tâche et bénéficier des mêmes garanties que les autres travailleurs. Après une fin de non-recevoir, la bataille recommence en septembre. Entretien avec le collectif des correcteurs précaires de Paris.
Source: CQFD
Hacker NewsChoose Firefox Now, or Later You Won't Get a Choice
Comments
Three Panel SoulThree Panel Soul - Prescriptivism
New comic!
Today's News:
Hacker NewsMillions in U.S. Climb Out of Poverty, at Long Last
Comments
Hacker NewsGoogle Allo – first Impression
Comments
Hacker NewsAsk HN: What TLD do you use for local development?
Comments
Hacker NewsWhy companies make their products worse
Comments
Hacker NewsSega’s Plans for World Domination (1993)
Comments
QC RSSMorning Calisthenics




Ads by Project Wonderful! Your ad could be here, right now.

Game WisdomGame-Wisdom Live for 9-22-16

Game-Wisdom Live for 9-22-16 Josh Bycer josh@game-wisdom.com

If you missed Game-Wisdom live this week, here is the recording from the show. I’ve transformed it from a simple recap into an almost second Perceptive Podcast, with guests, discussions and more.

This week, Jamie Madigan joined us to talk about monetization and the psychological pulls of aesthetic items in games. And if you would like to come on live, we are looking for new special guests.

The post Game-Wisdom Live for 9-22-16 appeared first on Game Wisdom.

Hacker NewsAirlines Embrace Pollution Plan That Could Cost Them $24B
Comments
Hacker NewsOpenMW, Open Source Elderscrolls III: Morrowind Reimplementation
Comments
Giles BowkettJavaScript Is Gradually Supervised Chaos
Imagine if, after Google graduated from tiny startup to megacorp, it had been replaced with a well-run public utility. This is a controversial idea in America, but public utilities can be pretty great. The public subway system in London, for instance, is fantastic. Compare that to private utilities like Comcast.

In this alternate universe, there's some kind of system which kicks in after the success of a startup. "Congratulations, you've made billions, you're rich now, but what you've created is so essential to our society that we can't risk it turning into another Comcast, so we're going to run it as a public service which every American gets for free." This would be a very different America.

There's this weird thing in the US where conservatives refuse to believe that the government can do anything well, but also are outraged if you criticize the military or the police. It's as if working for the government is a guarantee of incompetence, but working for the government and carrying a gun is a guarantee not only of competence but also moral superiority. I don't understand it.

But this is just a mental exercise, set in an alternate universe, so humor me. Imagine this alternate-universe America is like Switzerland, where public utilities are run so efficiently that trains arriving three minutes late constitute a political scandal.

So we're in this alternate universe where the US government takes over companies that become so essential to basic everyday life that we can't risk them turning into Comcasts. In this alternate universe, Comcast itself was taken over, and nobody ever has to deal with their shit. It's a different place, but it's a nice place.

The purpose of this mental exercise is to explain JavaScript. Every time a developer from some other language dives into JavaScript, they freak out at the chaos. You can import specific language features from a spec which has not yet been actualized. There's multiple different package managers. You use them to install each other. There's more than one require() syntax, but there's also really no require() syntax at all.

This chaos occurs because JavaScript, which was born in chaos anyway, operates by allowing its open source communities to develop solutions for failings in the language, and then folds some of those solutions up into the language itself. ES5 turned jQuery into querySelector; ES6 adopted () => from CoffeeScript. This folding-up necessarily lags behind the development of new solutions. And it works well enough that you often get a situation in JavaScript where multiple solutions which are pretty good compete with each other; npm vs Bower, for example, or CommonJS vs RequireJS (which will fade in importance once ES6's import becomes viable, but not disappear immediately).

Most language communities don't operate this way, but most language communities don't have the enormous size or reach that JavaScript does. Everything runs JavaScript today, and every programmer uses it. Go on a job ads site and search for "JavaScript" — you'll see ads for jobs in every programming language that exists, with a little bullet point that says "oh btw you also need javascript," far more often than you'll see jobs that are about JavaScript. Getting a group as colossal as the JavaScript user base to agree on hypothetical descriptions of their needs, or hypothetical solutions, would be incredibly difficult. Letting this massive "community" splinter into subgroups and compete is a better solution.

I'm not saying it isn't messy. I'm just saying there's a reason.
Les CrisesAhmed, Français

Un témoignage en passant…

C’est pour des personnes comme lui que je parle autant de Zemmour (ça va durer encore quelques jours finalement, mais vous aurez aussi des billets sur d’autres thèmes… 🙂 )

Depuis le 7 janvier 2015, on me demande mon avis. Si je peux expliquer. Si j’avais vu cela venir. On me demande de me « désolidariser ». On m’exhorte à condamner, comme pour supprimer un éventuel doute. Avec des millions d’autres, mon prénom, mon teint ont fait de moi, aux yeux de bien trop de mes concitoyens, une personne en lien avec les terroristes. Moi qui connais la France depuis mon premier jour. Moi qui ne suis allé que six ou sept fois dans ce pays auquel on me renvoie inconsciemment quotidiennement, et duquel je suis sensé être un représentant. À moi, et à tant d’autres, on demande perpétuellement d’apporter la preuve d’un attachement réel pour la France.

Les salles de spectacles, les terrasses, et les stades sont à nouveau pleins. Mais plus qu’une terreur collective, c’est une terreur intime qui monte, nous poussant à douter de l’autre et à commettre la plus grande des erreurs : celle de classer nos concitoyens, de se demander lesquels sont plus français, et lesquels le sont moins. En triant nos citoyens, nous sommes en train de rompre avec ce qui accompagnait initialement notre idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité : l’unité de la République.

Car ceux qui défendaient hier avec tant de force cette République lorsqu’elle était mise à mal, se taisent aujourd’hui. Les journalistes, les représentants du peuple, les associations, les intellectuels, et d’autres, jusqu’à récemment encore, rassuraient tous les membres de la communauté nationale sur leur appartenance à celle-ci. Où sont-ils passés, alors que les Français – tous les Français – ont plus que jamais besoin d’eux ? Ils n’ont pas déserté. Non, ils ont dérivé : et pire, ils disent désormais : « ce n’est pas moi qui dérive, c’est le phare qui s’éloigne… ».

Je repense ici au Président Chirac qui, en 2005, au moment d’un autre État d’urgence, proclamait :

« L’adhésion à la loi et aux valeurs de la République passe nécessairement par la justice, la fraternité, la générosité. C’est ce qui fait que l’on appartient à une communauté nationale. C’est dans les mots et les regards, avec le cœur et dans les faits, que se marque le respect auquel chacun a droit. Et je veux dire aux enfants des quartiers difficiles, quelles que soient leurs origines, qu’ils sont tous les filles et les fils de la République. 

Nous ne construirons rien de durable sans le respect. Nous ne construirons rien de durable si nous laissons monter, d’où qu’ils viennent, le racisme, l’intolérance, l’injure, l’outrage. Nous ne construirons rien de durable sans combattre ce poison pour la société que sont les discriminations. Nous ne construirons rien de durable si nous ne reconnaissons pas et n’assumons pas la diversité de la société française. Elle est inscrite dans notre Histoire. C’est une richesse et c’est une force. » [Jacques Chirac, 14/11/2005]

De plus en plus rares sont les voix qui défendent notre cohésion nationale et rappellent que vouloir séparer les Français n’est pas acceptable, qu’être musulman n’est pas un crime, que ceux qui tuent n’ont pas plus à voir avec l’Islam que le Ku Klux Klan avec la chrétienté. Pire, ces rares voix qui veulent maintenir notre unité nationale, qui dénoncent simplement les claires dérives idéologiques et les propos outranciers, sont désormais insultés de de « traîtres », de « lâches », de « collabo ».

Les premières victimes sont et resteront ceux morts, ceux aux corps et aux âmes meurtris par les actes terroristes : nous nous devons de leur faire honneur en bravant notre terreur intime, en luttant contre une scission de notre communauté nationale. Car voilà l’objectif central des terroristes, qui ne s’en sont jamais cachés. Ainsi, nous nous devons de rester, plus que jamais, soudés. Car oui, la menace extrémiste existe bel et bien. Oui, il y a un sérieux problème de fondamentalisme à combattre. Vous ne trouverez aucun angélisme de ma part – nous sommes tous la cible des terroristes. Reste qu’en identifiant mal l’ennemi, on lui confère un grand pouvoir : celui d’être tout le monde, et donc personne.

Je perçois un malaise immense. Je vois mon frère, cadre supérieur en informatique, changer de prénom sur son CV pour augmenter ses réponses favorables.  Je vois des personnes bienveillantes gênées à l’idée d’utiliser le mot « arabe », ne sachant plus s’il a une valeur péjorative ou non. Je vois des amis qui se font contrôler trop souvent pour un visage pas assez clair ou une voiture trop belle pour leur teint. Je vois emmener un enfant de 8 ans au commissariat pour « apologie de terrorisme ». Je vois exclue de l’école une fille pour une jupe trop longue. Je vois qu’on tente de mener un débat aussi stérile qu’immonde sur « l’identité nationale ». Je vois des agressions de femmes voilées. Je vois des policiers forcer une femme à se dévêtir sous peine de devoir quitter la plage. Je vois des hebdomadaires associer à l’Islam des idées si négatives que leurs questions deviennent des affirmations frôlant l’insulte. Bref, je vois et je sens cette grave dérive qui fait de moi – comme de tant d’autres – un français qui l’est un peu moins que les autres…

Les inacceptables propos entendus et, bien pire encore, l’absence totale de condamnations fermes de journalistes, patrons de médias, politiciens, ne peuvent que gravement interpeller. Aujourd’hui, il est possible d’affirmer qu’être français c’est être blanc, c’est être catholique, c’est avoir un prénom chrétien, le tout sans être disqualifié ou discrédité. Au contraire, ce qui était hier encore une tache indélébile sur son parcours est devenu un fait d’arme médiatique ou politique. Malgré le 11 septembre 2001, malgré le 21 avril 2002, jamais je n’aurais pu penser voir un jour la banalisation de l’ignominie dans ce pays où tant de gens ont été persécutés, déportés, assassinés parce qu’ils pensaient ou croyaient différemment, parce qu’ils s’appelaient Salomon ou Rachel, parce qu’ils ne criaient pas avec les loups, parce qu’ils rêvaient une France indivisible.

Et dans cette course à qui sera le plus français, nous perdrons tous : car être Français n’est pas une matière dont on dispose en plus ou moins grand volume. Être Français, c’est une qualité, pas une quantité. C’est un sentiment, pas un bien. C’est une valeur, pas un prix. Et déjà, je vois les yeux rougis de tant Français – car ils le sont ! – qui se sentent insultés, blessés, rejetés. J’entends des discours pour lesquels, j’en suis sûr, nous aurons honte ensemble dans quelques temps. J’ai mal, désormais, pour tous ceux qui, dans les rangs de l’Armée, de la Police n’ont pas un « prénom chrétien », alors qu’ils mettent leurs vies quotidiennement en danger pour défendre des citoyens qui doutent de leur identité. Je pleure pour les morts et leurs familles qui, à Paris ou à Nice, entendent que certaines victimes ne sont peut-être pas complètement françaises, finalement. C’est une France qui s’avilit. C’est une tragédie. C’est une honte qui, comme l’Histoire l’a montré tant de fois, en appellera malheureusement d’autres.

Nous faisons ainsi totalement le jeu  de nos ennemis,  matraqués que nous sommes par des médias en plein naufrage. Certains ont même passé tellement de temps à combattre l’extrême-droite qu’ils en ont oublié de combattre ses idées, idées dont ils sont parfois même devenus malgré eux le porte-voix. Comment ne pas être atterrés en entendant des journalistes demander « Qu’est-ce qu’on fait des Musulmans ? » dans ce pays où on s’est demandé « Que faire des juifs ? » il y a trois quarts de siècle ? Comment ne pas être estomaqués à la question « Comment faire ? Bombarder, nettoyer, tuer ? » ? Comment ne pas frémir lorsque certains crient « il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe » ? Devons-nous leur rappeler qu’une critique raisonnable et argumentée de l’islamisme et des extrémismes en général sera toujours audible, soutenue dans son droit de manière quasi-unanime ? Que ceux qui utilisent un tel alibi pour légitimer la diffusion de leur rejet de l’Islam et des musulmans – racisme policé –  utilisent les mêmes arguments que ceux qui répandaient hier leur antisémitisme ? Que penserions-nous d’un individu qui proclamerait qu’il ne faut pas avoir peur d’être taxé de judéophobie ? C’est cette mentalité qui a clairement contribué à abattre les murs porteurs de la résistance à la xénophobie, bête immonde qui est en train de se réveiller progressivement sous nos yeux.  Réveillons-nous !

Mais attention : toutes ces questions, toutes ces réflexions nous font hélas oublier qu’ils y a des mots qui blessent, qu’il y a des êtres humains qui souffrent de ces dérives. Alors moi, en attendant, que dois-je dire à ma mère, née en Algérie ? De partir ? Pour un pays qu’elle n’a connu que quelques années et qui la considère – ironie de l’histoire – comme une Française ? De quitter sa ville, ses collègues, son jardin ? Tout ça parce qu’une poignée de terroristes se sont habillés du drapeau de ses convictions pour mieux les bafouer en assassinant des innocents ? À elle qui vit paisiblement depuis toujours, que dois-je lui dire ? Qu’elle doit apprendre à être traitée comme une citoyenne de seconde zone après 40 ans  de présence, parce que certains voient en elle un mauvais souvenir, voire une menace ? Que dois-je lui dire quand, à la radio, on lui dit « qu’il n’y a pas de différence entre islam et islamisme » alors qu’en Algérie, les islamistes on fait un carnage durant dix ans sans que personne ne lève le petit doigt ? Dois-je lui dire qu’elle serait islamiste sans le savoir ? Que dois-je lui dire quand, devant la télé où on présente sa religion comme belliqueuse, elle répète « Mais ça, ce n’est pas l’Islam ! » ? Dois-je lui dire qu’elle ne doit pas pleurer avec le reste de la France lorsque le temps s’arrête un 7 janvier, un 13 novembre ou un 14 juillet ?  Je ne sais plus. Et cela me fait mal. Très mal.

Ahmed

P.S. À ceux qui se demanderont, si je suis musulman, catholique, athée ou autres, je leur réponds que cela n’a aucune importance : je suis Français.

Artcile écrit pour le site www.les-crises.fr, librement reproductible en intégralité (en citant la source ou pas, comme bon vous semble… 🙂 ).

je-suis-francais

 

xkcd.comMoon Shapes
Whenever I see a picture of the moon where the points go more than halfway around, I assume it's being eclipsed by one of those Independence Day ships and interpret the rest of the image in light of that.
Planet IntertwinglyMoon Shapes
Hacker NewsMicrosoft Bets Its Future on a Reprogrammable Computer Chip
Comments
Hacker NewsAdobe and Berkeley's new deep learning image editing tool
Comments
Hacker NewsAppropriate Uses for SQLite
Comments
Hacker NewsSecret to the Uber Economy Is Wealth Inequality
Comments
Hacker NewsThe Coming Public Service Loan Forgiveness Bonanza
Comments
Les Crises“Regime change” en Syrie : L’énorme opération Timber Sycamore de la CIA et de l’Arabie Saoudite [New York Times]

Important article du New-York Times, très peu repris, que je ressors…

Tout ceci ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant, surtout dans un grand média…

Ne PAS laisser des gouvernements faire ceci serait une excellente façon de lutter contre l’islamisme et le terrorisme – plus que changer notre Constitution par exemple… #JeDisÇaJeDisRien

Source : The New York Times, le 23-01-2016.

[Timber Sycamore] Pour le financement des rebelles syriens, les États-Unis sont fortement dépendants de l’argent saoudien

timber-sycomore

Washington — Lorsque le Président Obama a secrètement autorisé la Central Intelligence Agency à commencer à armer les combattants rebelles de Syrie en 2013, l’agence d’espionnage savait qu’elle aurait un partenaire disposé à aider à financer l’opération clandestine. C’était le même partenaire sur lequel la CIA s’est appuyée pendant des décennies pour son argent et sa discrétion dans les conflits lointains : le royaume d’Arabie saoudite.

Depuis lors, la CIA et son homologue saoudienne maintiennent un accord inhabituel pour la mission d’entraînement des rebelles, à laquelle les Américains ont donné le nom de code Timber Sycamore. Avec cet accord, selon d’actuels et anciens hauts fonctionnaires, les Saoudiens fournissent à la fois des armes et de grosses sommes d’argent, et la CIA dirige l’entraînement des rebelles au maniement des fusils d’assaut AK-47 et des missiles antichars.

Le soutien aux rebelles syriens n’est que le chapitre en cours d’une relation qui dure depuis des dizaines d’années entre les services d’espionnage d’Arabie saoudite et les États-Unis, une alliance qui a traversé le scandale Iran-Contra, le soutien des moudjahidines contre les Soviétiques en Afghanistan et les combats par procuration en Afrique. Quelquefois, comme en Syrie, les deux pays ont travaillé de concert. D’autres fois, l’Arabie saoudite a simplement signé des chèques, souscrivant aux activités clandestines américaines.

Les secrets du royaume

Des décennies de coopération discrète

Les programmes conjoints d’armement et d’entraînement se poursuivent, auxquels d’autres nations du Moyen-Orient contribuent, alors que les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite — et la position du royaume dans la région — fluctuent. Les liens traditionnels, pétrole bon marché et géopolitique, qui ont longtemps rapproché les pays se sont desserrés avec le déclin de la dépendance américaine au pétrole étranger et avec les mouvements discrets de l’administration Obama pour un rapprochement diplomatique avec l’Iran.

Et pourtant l’alliance persiste, maintenue à flot sur une mer d’argent saoudien et par une reconnaissance des intérêts propres de chacun. En plus des vastes réserves de pétrole de l’Arabie saoudite et de son rôle de repère spirituel pour le monde musulman sunnite, cette relation ancienne en matière de renseignement aide à comprendre pourquoi les États-Unis ont été réticents à critiquer ouvertement l’Arabie saoudite sur ses violations des droits de l’homme, son traitement des femmes et son soutien à la souche extrême de l’islam, le wahhabisme, qui a précisément inspiré plusieurs des organisations terroristes que combattent les États-Unis. L’administration Obama n’a pas publiquement condamné la décapitation, ce mois-ci, par l’Arabie saoudite, d’un religieux dissident chiite, le cheikh Nimr al-Nimr, qui avait défié la famille royale.

Même si les Saoudiens ont affirmé publiquement contribuer à l’armement de groupes rebelles en Syrie, l’étendue de leur participation à la campagne d’actions clandestines de la CIA et leur soutien financier direct n’ont pas été révélés. Des interviews d’une demi-douzaine responsables américains en poste et à la retraite, et des sources provenant de plusieurs pays du golfe Persique ont permis d’en reconstituer les détails. La plupart se sont exprimés sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à parler du programme.

Dès que l’opération de la CIA a commencé, l’argent saoudien l’a soutenue.

« Ils ont compris qu’ils ont besoin de nous, et nous comprenons que nous avons besoin d’eux, » a déclaré Mike Rogers, originaire du Michigan, ancien membre républicain du Congrès et président du House Intelligence Committee quand l’opération de la CIA a commencé. M. Rogers a refusé de discuter des détails du programme classifié.

Les hauts fonctionnaires n’ont pas révélé le montant de la contribution saoudienne, bien plus importante que celle des autres nations, au programme d’armement des rebelles contre l’armée du président Bachar el-Assad. Mais on estime le coût total de l’armement et de l’entraînement à plusieurs milliards de dollars.

La Maison-Blanche a couvert le financement clandestin par l’Arabie saoudite — et par le Qatar, la Jordanie et la Turquie — à un moment où M. Obama a poussé les États du Golfe à jouer un rôle plus grand dans la sécurité de la région.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite et le président Barack Obama en septembre à la Maison-Blanche. Crédits Gary Cameron/Reuters

Les porte-parole de la CIA et de l’ambassade saoudienne à Washington ont refusé tout commentaire.

Quand M. Obama s’est engagé à armer les rebelles au printemps 2013, c’était en partie pour essayer de gagner le contrôle de la mêlée générale dans la région. Les Qataris et les Saoudiens acheminaient des armes en Syrie depuis plus d’un an. Les Qataris avaient même fait entrer des cargaisons de missiles portatifs FN-6 chinois par la frontière turque.

Les efforts saoudiens étaient dirigés par le flamboyant prince Bandar ben Sultan, à l’époque chef du renseignement, qui ordonnait aux espions saoudiens d’acheter des milliers d’AK-47 et des millions de munitions en Europe de l’Est pour les rebelles syriens. La CIA a aidé à obtenir les commandes d’armes pour les Saoudiens, notamment une grosse transaction en Croatie en 2012.

A l’été 2012, un sentiment de liberté s’était répandu le long de la frontière turque avec la Syrie, avec l’acheminement, par les nations du Golfe, d’argent et d’armes à des groupes rebelles — même à certains dont les responsables américains craignaient qu’ils n’aient des liens avec des groupes radicaux comme Al-Qaïda.

La CIA était particulièrement sur la touche durant cette période, autorisée par la Maison-Blanche sous le programme d’entraînement Timber Sycamore à livrer une assistance non létale aux rebelles, mais pas d’armes. À la fin 2012, selon deux anciens hauts responsables américains, David H. Petraeus, alors directeur de la CIA, a sermonné sérieusement les responsables du renseignement de plusieurs nations du Golfe lors d’une rencontre près de la mer Morte en Jordanie. Il leur a reproché d’avoir envoyé des armes en Syrie sans se coordonner entre eux ou avec les agents de la CIA en Jordanie et en Turquie.

Des mois plus tard, M. Obama a donné son accord pour que la CIA commence à armer directement et à entraîner les rebelles à partir d’une base en Jordanie, amendant le programme Timber Sycamore afin d’autoriser l’assistance létale. Selon la nouvelle disposition, la CIA a dirigé l’entraînement, pendant que la Direction générale du renseignement d’Arabie saoudite a fourni l’argent et les armes, dont des missiles antichars TOW.

Les Qataris ont aussi aidé à financer l’entraînement et permis qu’une base qatarienne soit utilisée comme lieu d’entraînement supplémentaire. Mais des responsables américains ont dit que l’Arabie saoudite était de loin la plus grosse contributrice à l’opération.

Alors que l’administration Obama a vu cette coalition comme un argument de vente au Congrès, certains, dont le sénateur Ron Wyden, un démocrate de l’Oregon, ont soulevé la question de savoir pourquoi la CIA avait besoin de l’argent saoudien pour son opération, selon un ancien responsable américain. M. Wyden a refusé tout entretien, mais son bureau a publié une déclaration appelant à plus de transparence. « Les hauts responsables ont déclaré publiquement que les États-Unis essaient d’augmenter les capacités sur le champ de bataille de l’opposition anti Assad, mais ils n’ont pas fourni de détails au public montrant comment cela se passe, quelles agences américaines sont impliquées, ou avec quels partenaires ces agences travaillent », disait le communiqué.

Quand les relations entre les pays concernés par le programme d’entraînement se tendent, il revient souvent aux États-Unis de négocier des solutions. En tant qu’hôte, la Jordanie attend des paiements réguliers des Saoudiens et des Américains. Quand les Saoudiens paient en retard, selon un ancien haut responsable du renseignement, les Jordaniens se plaignent aux responsables de la CIA.

Alors que les Saoudiens ont financé les précédentes missions de la CIA sans engagement, l’argent pour la Syrie vient avec des exigences, ont dit des responsables en poste et à la retraite. « Ils veulent une place à la table et ils veulent pouvoir dicter sera l’ordre du jour », raconte Bruce Riedel, ancien analyste de la CIA et aulourd’hui membre éminent de la Brookings Institution.

Le programme d’entraînement de la CIA est séparé d’un autre programme d’armement des rebelles syriens, un programme que le Pentagone a dirigé et qui s’est terminé depuis. Il était conçu pour entraîner les rebelles à lutter contre les combattants de l’État islamique en Syrie, contrairement au programme de la CIA, qui s’intéresse aux groupes rebelles qui se battent contre l’armée syrienne.

Sur cette photo datant de 2007, le prince Bandar ben Sultan, qui a ordonné à des espions saoudiens d’acheter des milliers de fusils d’assaut AK-47 pour les rebelles syriens. Crédits Hassan Ammar/Agence France-Presse — Getty Images

Même si une alliance du renseignement est au centre du combat en Syrie et a été importante dans la guerre contre Al-Qaïda, une source constante d’irritation des relations américano-saoudiennes est simplement combien de citoyens saoudiens continuent à soutenir des groupes terroristes, disent des analystes.

« Plus l’argumentaire devient, Nous avons besoin d’eux comme partenaires contre le terrorisme, moins il est convaincant, » dit William McCants, ancien conseiller en contre-terrorisme au département d’État et auteur d’un livre sur l’État islamique. « Si c’est simplement une conversation sur la coopération dans le contre-terrorisme, et si les Saoudiens sont une grande partie du problème en premier lieu, alors comment cet argument peut-il convaincre ? »

À court terme, l’alliance reste solide, renforcée par une obligation entre les maîtres de l’espionnage. Le prince Mohammed ben Nayef, ministre de l’Intérieur saoudien qui a pris en charge l’effort d’armement des rebelles syriens du prince Bandar, connaît le directeur de la CIA, John O. Brennan, depuis l’époque où M. Brennan était le chef de la station de l’agence à Riyad dans les années 90. D’anciens collègues disent que les deux hommes restent proches, et le prince Mohammed s’est fait des amis à Washington avec ses actions offensives pour démanteler des groupes terroristes comme Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

Le poste qu’occupait autrefois M. Brennan à Riyad est, plus que celui d’ambassadeur, le véritable siège du pouvoir américain dans le royaume. D’anciens diplomates se souviennent que les discussions les plus importantes transitaient toujours par le chef de la station de la CIA.

Des responsables du renseignement en poste et à la retraite, disent qu’il y a toujours un avantage à ce mode de communication : les Saoudiens sont beaucoup plus réceptifs à la critique américaine quand elle est faite en privé, et ce canal secret a fait plus pour orienter le comportement saoudien vers les intérêts de l’Amérique que n’importe quel reproche public.

Les racines de la relation sont profondes. À la fin des années 70, les Saoudiens ont organisé ce que l’on connaissait comme le « Safari Club, » une coalition de nations incluant le Maroc, l’Égypte et la France, qui a dirigé des opérations en Afrique à une époque où le Congrès avait cloué les ailes de la CIA après des années d’abus.

Les groupe des quatre du gouvernement d’Arabie Saoudite

Bref retour sur les personnalités les plus puissantes du royaume et sur leur position pour la succession parfois compliquée.

« Et ainsi, le royaume, avec ces pays, a aidé d’une certaine façon, je le crois, à garder le monde en sécurité à une époque où les États-Unis n’en étaient pas capables », se rappelle le prince Turki Al-Fayçal, un ancien dirigeant du renseignement saoudien, dans un discours à l’université de Georgetown en 2002.

Dans les années 80, les Saoudiens ont aidé à financer les opérations de la CIA en Angola, où les États-Unis ont soutenu les rebelles contre le gouvernement allié aux Soviétiques. Bien que les Saoudiens aient été profondément anticommunistes, la motivation principale de Riyad semblait être de consolider ses liens avec la CIA. « Ils achetaient de la bonne volonté », se rappelle un ancien cadre supérieur du renseignement qui était impliqué dans l’opération.

Dans l’épisode peut-être le plus important, les Saoudiens ont aidé à armer les rebelles moudjahidines pour chasser les Soviétiques hors d’Afghanistan. Les États-Unis ont investi des centaines de millions de dollars chaque année dans la mission, et les Saoudiens s’y sont alignés, au dollar près.

L’argent circulait par un compte suisse géré par la CIA. Dans le livre La Guerre de Charlie Wilson, le journaliste George Crile III décrit comment la CIA s’est arrangée pour que le compte ne rapporte pas d’intérêt, respectant l’interdiction islamique de l’usure.

En 1984, quand l’administration Reagan a cherché de l’aide pour son plan secret de vente d’armes à l’Iran pour financer les rebelles Contras au Nicaragua, Robert C. McFarlane, conseiller en sécurité nationale, a rencontré le prince Bandar, à l’époque ambassadeur saoudien à Washington. La Maison-Blanche a dit clairement que les Saoudiens « gagneraient une quantité de faveurs considérable » en coopérant, s’est rappelé par la suite M. McFarlane.

Le prince Bandar s’est engagé sur un million de dollars par mois pour aider à financer les Contras, en reconnaissance du soutien passé de l’administration aux Saoudiens. La contribution a continué après que le Congrès a coupé le financement des Contras. À la fin, les Saoudiens avaient versé 32 millions de dollars, payés à travers un compte aux îles Caïman.

Lorsque le scandale Iran-Contra a éclaté et les questions sur le rôle des Saoudiens sont survenues, le royaume a gardé ses secrets. Le prince Bandar a refusé de coopérer à l’enquête dirigée par Lawrence E. Walsh, procureur indépendant.

Dans une lettre, le prince a refusé de témoigner, expliquant que « la confiance et le dévouement de notre pays, comme notre amitié, ne sont pas donnés uniquement sur le moment mais sur le long terme. »

C .J. Chivers a contribué à ce reportage.

Source : The New York Times, le 23 janvier 2016.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

============================================

Lire une analyse dans ce billet

Hacker NewsLXQt 0.11 Released
Comments
Hacker NewsAmazon Fined for Shipping Lithium Batteries on Passenger Planes
Comments
Hacker News2 major reasons why modern C++ is a performance beast
Comments
Hacker NewsUnGoogled Chromium: Chromium with enhanced privacy, control and transparency
Comments
DedefensaDesperate Hillary et la guerre mondiale américaine

Desperate Hillary et la guerre mondiale américaine

Le 11 septembre dernier, pour fêter l'anniversaire que l'on sait (la guerre déclenchée contre le monde par l'hyper-impuissance), Big Sister (voyez le livre de Texe Marrs) Hillary a eu un malaise ; elle est évacuée à grands frais. Une heure après elle reparaît en bleu, mais avec vingt bons kilos de plus. Que s'était-il passé ? Combien de divisions demandait Staline, ici combien de sosies ? On a parlé d'hologrammes sur des sites sérieux, et même les médias les plus aux bottes de la chapelle totalitaire mondialisée ont dû reconnaître des problèmes de santé. Que se passera-t-il si élue Desperate Hillary n'est pas en état de déclarer la guerre au monde libre, Russie en tête ?

Trump s'est fait connaître par ses caméos au cinéma (Zoolander, Celebrity), Hillary se fera-t-elle connaître par ses caméos de présidente ? Vu la quantité de sosies qu'on lui connaît dans les séries TV, Desperate Hillary a de beaux jours devant elle. Car on ne saura jamais si c'est elle. C'est comme la mission Apollo sur la lune, une suite d'images creuses bénies par le clergé des médias et cette théologie scientifique qui ramène l'âge de pierre en Amérique, à Charleston, Orlando, Ferguson, cités muées en wastelands comme Bruxelles ou nos banlieues. Ce n'est plus Apocalypse now, c'est Apocalypse forever.

Hillary est la candidate postmoderne. Détestée donc, elle doit se faire élire par les médias et les principautés du monde. On est dans le virtuel, ce qui se passe dans nos têtes via la matrice est plus important que ce qui se passe sur le terrain vague.

Sur le 11 septembre, sur Poutine, sur Alep, le chômage US, sur les réfugiés le système se comporte comme le guignol débile du film The Game. Il nous impose sa logique, mais jusqu'à un certain point seulement. Car le système s'est montré incapable de résister au caméo Trump. Ce dernier est arrivé avec un charisme de promoteur immobilier et quelques idées rétro, et il a convaincu une base qui ne passe que neuf heures connectée à la matrice info dénoncée par Thoreau dans Walden !

L'Amérique est le pays de la guerre du faux, nous disait Umberto Eco. Mais c'est surtout le pays de la guerre. On la fit aux indiens, aux esclaves, aux sudistes, aux immigrants pauvres européens (lisez les Démons de Dostoïevski qui en parle très bien), ensuite au reste du monde. On a détruit la moitié de l'Asie, le Japon, l'Europe, l'Amérique centrale, la Colombie, l'est bolivien, les îles océaniques (lisez Jared Diamond, la fringue et la tôle US dévastèrent les indigènes hawaïens), et maintenant on détruit le mental humain.

La guerre US est mondiale et permanente, elle est non-stop comme le passage en bandeau de CNN et les ombres de la caverne de Platon. Toujours vous êtes pris pour un pion sur le jeu, pour reprendre un titre de livre célèbre, pour reprendre aussi Omar Khayyâm.

La guerre est morale et sociétale. Brzezinski reproche à 88 ans à la Russie son refus des innovations sexuelles. On attaque un pays et sa monnaie pour les droits des ultras gays. On détruit le bassin méditerranéen et puis on incite dix millions de migrants mal rasés à s'installer partout comme on peut. On désinforme à l'encan quel que soit le sujet, on croule sous les exploits people du couple mondialisé Brad-Angelina, on crée un satanisme culturel de masse, on pollue les jeux de Rio (dignes de ceux de Berlin en 1936, a dit Lavilénie, aussitôt hué), on fait des guerres de prix Nobel de la paix (était-ce un Nihil obstat pour attaquer toute la planète ?). Ce miracle de l'hyper-réalité roulante et décatie aura été rendu possible par le pion Obama qui aura cassé la Barack. On espère qu'il cassera la baraque de la Fed, car à force d'imprimer du rien, on ne fait pas bonne impression : achetez de l'or, mais ne vous le faites pas chiper. Car les sbires sont aux ordres. Il n'est pas jusqu'aux W.C unisexe que Barack ne veuille polluer, sans compter son traité TTIP qui sera signé dans notre dos pour créer le cauchemar de monde que décrit Philip K. Dick dans Ubik.

Philippe Grasset explique que la guerre US est globale et concerne tous les champs :

« Cette idée de la Syrie comme “un front parmi d’autres” permet effectivement d’incorporer d’autres batailles en cours, comme la bataille sociétale qui relève du point fondamental de la déstructuration de la société beaucoup plus que des obsessions psychanalytiques des uns et des autres. »

Et sur Clinton comme candidate de l’ Endkampf, notre auteur ajoute :

« La transformation de Clinton en une candidate du nihilisme, comme elle ne cesse de plus en plus de s’affirmer, est un autre point remarquable qui enrichit le concept selon lequel nous somme bien au cœur de notre “Guerre Mondiale”. »

Hillary arrive en n'étant rien que le produit des artifices évoqués par saint Paul. Comme son compère Ben Laden, on ne sait plus si elle existe, et le citoyen informé me fait penser au touriste du Voyage de Gautier :

« Le brigand espagnol a été pour nous un être purement chimérique, une abstraction, une simple poésie. Jamais nous n'avons aperçu l'ombre d'un trabuco, et nous étions devenus, à l'endroit du voleur, d'une incrédulité égale pour le moins à celle du jeune gentleman anglais dont Mérimée raconte l'histoire, lequel, tombé entre les mains d'une bande qui le détroussait, s'obstinait à n'y voir que des comparses de mélodrame apostés pour lui faire pièce (ch. XIII). »

L'occidental est détroussé de son corps (obésité US à 42%), de sa civilisation, de sa religion, de ses idéaux, de tout son argent par des élites hostiles ; mais il ne croit pas à la réalité de ce qui le menace tout comme il ne croit pas à l'irréalité de la Clinton. Et comme on m'accusera d'exagérer :

« Notre lutte n'est pas contre le sang et la chair, mais contre les principautés, contre les autorités, contre les dominateurs de ces ténèbres, contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes (Ephésiens, 6, 12). »

Artifice en grec se dit méthode (μεθοδεία). Or le système en manque.

Nicolas Bonnal

DedefensaMoby Dick ? Mutinerie à bord !

Moby Dick ? Mutinerie à bord !

26 septembre 2016 – Le commentaire du Saker-US que nous citions dans les Notes d’analyse du 24 septembre commençait par cette phrase (le souligné en caractère gras est de notre fait) : « Les derniers développements en Syrie ne sont pas, je pense, le résultat de quelque plan délibéré des USA pour aider leurs alliés “terroristes modérés” au sol mais le symptôme de quelque chose de pire : la complète perte de contrôle des USA sur la situation en Syrie et, probablement, partout ailleurs... » Le jugement impliqué par l’expression “quelque chose de pire” est tout à fait justifié d’une façon générale, car le désordre où est plongée la pseudo-“politique” des USA est nécessairement “pire” qu’une politique délibérée conduite avec maîtrise, fût-ce une politique d’hégémonie ; reste à voir si le “pire” n’est pas somme toute préférable dans la mesure où le “pire” de la surpuissance en action maximale, – ce à quoi nous assistons, – n’est pas ce qui nous rapproche le plus de l’autodestruction. L’expression “partout ailleurs” est également justifiée, mais elle le serait encore plus si l’on précisait que cette perte de contrôle a lieu aussi bien sinon encore plus à Washington que dans le reste des autres situations de crise extérieures où les USA sont engagés.

Comme nous ne cessons de l’écrire, la pseudo-“politique” US est en fait un complet désordre (un hyperdésordre) où la perte de contrôle est structurelle, quasiment constitutive de toute l’action US. Le plus grave dans cette situation, – ou disons “le plus important”, pour ne pas dissimuler son aspect éventuellement et paradoxalement positif, – c’est que ce désordre et cette perte totale de contrôle touchent d’abord et surtout le gouvernement des USA, avec la mutinerie du Pentagone qui se fait si complètement à ciel ouvert que les guillemets ne sont plus nécessaires.

La situation du Pentagon et son actuelle mutinerie ont été l’objet d’une intervention récente du professeur Stephen F. Cohen, l’un des rarissimes universitaires et experts aux USA qui ne soit pas hostile à Moscou et qui défend au contraire une politique d’apaisement et de coopération. Lors d’une émission-radio, vendredi soir, Cohen a qualifié la “politique” du Pentagone, ou plus justement la mutinerie actuelle comme une tentative délibérée du Pentagone de saboter toute possibilité de coopération des USA avec la Russie. Il s’agit d’une interférence directe dans une dynamique opérationnelle en cours reflétant ce qui est (était ?) la politique officielle US, donc dans une circonstance dramatique où est en jeu la possible coopération ou le possible affrontement militaire direct entre les USA et la Russie.

(Cohen cite comme un précédent de cette situtation, l’affaire du U-2 abattu au-dessus de l'URSS le 1er mai 1960, l'vénement sabotant la conférence des “Quatre” à Paris et tout espoir de détente entre les USA et l’URSS, avec l’annulation d’une visite d’Eisenhower en URSS à l’été 1960. [Voir aussi texte du Journal-dde.crisis du 26 juillet sur les interférences des militaires sur la politique du gouvernement.] Bien entendu, la différence entre cette référence et la situation actuelle est que l’affaire du U-2, qui n'était évidemment nullement contrôlée jusqu'à l'interception du U-2 par un missile soviétique, s’était déroulée dans les normes du fonctionnement du gouvernement, au prix d’une manœuvre de la CIA restée à l’époque dissimulée et encore aujourd’hui objet d’interprétations divergentes. Dans le cas présent, le plus important est cette affirmation non dissimulée, à ciel ouvert, en public, etc., de la mutinerie et du refus d'obéissance presque comme une situation politique qui serait reconnue comme légitime.)

Cohen, cité par Sputnik-News avant-hier 24 septembre :

« ...Given the fact that US warplanes knew the Deir ez-Zor region very well and that the US Department of Defense (DOD) had openly expressed its skepticism regarding the US-Russian plan on Syria, it is “a little hard to believe” that the attack on the Syrian Arab Army  was an “accident,” Professor Cohen suggested.

» He quoted the New York Times editorial, which read that “at the Pentagon, officials would not even agree that if a cessation of violence in Syria held for seven days — the initial part of the deal — the Defense Department would put in place its part of the agreement on the eighth day.” The editorial also referred to Carter, “who has deep reservations about the plan for American and Russian forces to jointly target terrorist groups.” “In other words,” Cohen noted, “Pentagon officials refused to say whether they would obey President Obama.” The US academic stressed that in a Constitutional democracy where the military is clearly subordinated to the civilian leadership that is extraordinary. “We've come to a point in this craziness, in this New Cold War with Russia where DOD is openly saying it may or may not obey President Obama. If DOD will say that publicly you can imagine the opposition in Washington against the Syrian deal, [US Secretary of State John] Kerry brokered with Russian Foreign Minister [Sergei] Lavrov,” Professor Cohen highlighted.

» The professor remarked that the opposition comprises very influential figures from the Pentagon, the US State Department, both Democratic and Republican parties and the US' mainstream media. He recalled that such a situation is not new: during the previous 40-year Cold War the US party of war had repeatedly thrown a wrench in the Russo-American détente. Cohen drew historical parallels between the Deir ez-Zor attack and the 1960 U-2 incident, when a US U-2 spy plane was shot down in Soviet airspace. What is remarkable about this historical episode is that it occurred while Soviet leader Nikita Khrushchev and Dwight D. Eisenhower were seeking a détente. The CIA-led incursion ruined the possibility of the US-Soviet rapprochement, the US professor explained. »

(On peut aussi observer que les Russes commencent à ne plus prendre des pincette et à nommer un chat un chat, pour ce qui concerne les relations entre le Pentagone et son Commandant-en-Chef... Voir et entendre Lavrov, hier sur la chaîne russe RTV : « On m’a toujours assuré que le chef suprême des armées américaines Barack Obama soutenait la coopération avec la Russie. Il l’a confirmé lui-même lors de son entrevue avec le président Poutine en Chine. Il semblerait que les militaires n’obéissent pas tout à fait à leur chef suprême. »)

Ici, nous allons apporter un rappel important, qui tend à montrer que la mutinerie du Pentagone n’est pas accidentelle et simplement conjoncturelle, mais qu’elle est déjà quasiment structurelle. Il s’agissait de l’annonce de la décision du Pentagone d’instaurer de facto une “zone d’exclusion” dans certaines zones syriennes où se trouvaient les “alliés”, ou “terroristes modérés” (!), cela revenant à l’établissement d’une no-fly-zone. L'événement date du 22 août, avec une déclaration du porte-parole du Pentagone, et il interférait complètement dans la politique officielle de l’administration Obama. Daniel McAdams, du Ron Paul Institute for Peace, avait présenté la chose, le 22 août 2016 :

« Pentagon Spokesman Peter Cook was asked numerous times in numerous ways whether this amounts to a US “no fly zone” over parts of Syria. His first response was vague but threatening:

» “We will use our air power as needed to protect coalition forces and our partnered operations. …We advise the Syrian regime to steer clear of [certain] areas.”

» The policy shift was so apparent that, one-by-one, the press corps asked for clarification.

» Does this mean that the US would shoot down Russian or Syrian planes if they attacked any US-backed partners even if they were engaged against Syrian government forces?

» Are those “coalition forces” and “partnered operations” receiving US protection against attack from the air always in receipt of that protection, or only when they are actively engaged in military operations? What are the rules of engagement?

» There was no clear answer from the Pentagon spokesman.

» “Is this a ‘no-fly’ zone, then,” asked another reporter. It’s not a “no-fly zone” Cook responded.

» Another journalist tried to get some clarity:

» How is telling Syria not to fly in certain areas not a ‘no fly’ zone?“Call it what you will,” Cook eventually said.

» Another journalist asked, Do you think the Syrian regime has the right to fly over its own territory?”

» Same answer: “We will use our air power as needed to protect coalition forces and our partnered operations.”

» The anti-Russia rhetoric in Cook’s comments was inexplicable as well. According to the Pentagon spokesman, the suffering in parts of Aleppo is not due to its ongoing occupation by al-Qaeda’s Nusra Front, but rather by Russian and Syrian government attempts to expel Nusra from the city. Cook’s explanation defied logic. Russian actions in Aleppo are…

» “…only adding fuel to Syria’s civil war and [do] nothing to degrade extremist groups, which is Russia’s original reason for its military intervention in Syria.”The sentence only makes sense if one accepts the premise that al-Qaeda in Syria is not an extremist group, as it makes no sense to argue that bombing a certain group does nothing to weaken that group. Unless the Pentagon is suggesting that Russia and Syria are only bombing the civilian population, presumably for fun?

» Whatever the case, this is a trial balloon. If this de facto “no fly zone” becomes a fact on the ground, it will be expanded beyond Hasakah and may be a US last-ditch effort to prevent Syrian government forces, aided by Russia, from taking back Aleppo and thus breaking the back of the foreign-backed insurgency.

» This is endgame time. »

Il faut à notre sens faire une différence entre la “réalité” en Syrie telle qu’on pourrait se la figurer, ou plutôt tenter d’en tracer la perspective à partir de ces affirmations du Pentagon, – plus de communication que d’application opérationnelle, – qui constituent une illustration, une sorte de “travail pratique” de la mutinerie (bien que la “réalité” soit pulvérisée, selon notre analyse, ou justement parce que...) ; et, d’autre part, l’implicite mais considérable vérité-de-situation que nous disent ces activités du Pentagone, par rapport aux engagements de l’administration Obama, et par conséquent par rapport à la façon dont l’autorité de la hiérarchie suprême est bafouée. Ce que dit assez vaguement le porte-parole Cook, le 22 août, comme ce qui a suivi de la part du Pentagone, tout cela n’a guère eu d’effets opérationnels ; aucun engagement entre Russes et Américains n’est (officiellement) intervenu dans l’intervalle et l’attaque-“erreur” de Deir Oz-Zoar est présentée par les militaires US comme un “accident”, un acte sans signification politique, donc une opération sans rapport avec ce qu’on pourrait croire de la nouvelle politique-mutinerie du Pentagone, et en aucun cas un acte relevant de l’hypothétique quasi-no-fly-zone annoncée le 22 août. Tout cela est effectivement bien insuffisant pour que nous puissions déduire quoi que ce soit de la perspective politique et militaire en Syrie, notamment la possibilité d’un engagement sensationnel entre des avions de combat US et russes, et dans tous les cas une “politique” spécifique effective du Pentagone sur une grande échellecstratégique. Par contre, et là est bien le plus important, ces diverses interventions du Pentagone constituent bien un défi public à l’autorité du président Obama, et de ce fait constituant un révélateur de plus de la situation de désordre régnant à Washington.

Le Pentagone est un bon exemple, parce que c’est le Pentagone bien sûr, mais aussi parce qu’il se trouve, malgré que ce soit le Pentagone, dans une situation pathétique quant à ses capacités opérationnelles. (Ce qui compte est donc bien la situation d’influence et de communication au sein du désordre actuel du pouvoir à Washington, et non pas les capacités réelles, du Pentagone dans ce cas. Il s’agit d’une bataille à l’intérieur du Système, et nullement d’une compétition de puissances avec des effets extérieurs...) Le Pentagone a, comme nous l’avons déjà dit, la direction politico-militaire la plus faible qu’il ait eue depuis de très nombreuses années. Selon notre expérience, qui implique évidemment une part importante de jugement subjectif, Ashton Carter, nommé comme une sorte d’intérimaire entre le départ de Hagel et la fin de l’administration Obama après une longue recherche d’autres personnalités, est à classer au niveau des plus obscurs parmi les secrétaires à la défense. Le général Dunford, par rapport à ses prédécesseurs, le général Dempsey et l’amiral Mullen, apparaît également comme une personnalité sans relief.

L’armée elle-même, celle qui est constituée selon les structures actuelles, est à peu près le contraire de ce que la publicité de la communication affectionne d’en faire. L’armée des USA présente tous les signes de pathologies bureaucratiques incurables, à la fois de lourdeur structurelle, de gaspillage et de corruption, d’atomisation entre des services et des branches pléthoriques cantonnées dans la défense de leurs intérêts corporatistes. Cette situation renvoie évidemment, dans le contexte actuel qui touche à une sorte de perfection d’impuissance, de paralysie et d’inefficacité, à la médiocrité de sa direction qui est complètement le produit, le reflet et le miroir de la situation générale... On rappellera ici ce que nous écrivions le 2 avril 2016, à ce propos...

« C’est un bon signe de l’excellente santé de l’“encadrement général” des forces armées US : le plus d’étoiles possibles, comme un véritable ciel d’été sans nuage, sur les côtes grecques, au milieu du débarquement des migrants-réfugiés. Selon The Daily Beast, qui donne une comptabilité précise à cet égard, il y a, dans la “guerre” (dénomination officielle) menée par les USA contre Daesh, actuellement, pour les 5.000 soldats US de diverses utilités recensés, un général pour tous les 416 soldats : 5.000 “militaires”, dont 21 généraux. (L’Irak mène la course : pour “aucune force US combattante” en Irak, selon le Pentagone, on trouve 12 généraux des forces armées US.) Selon les chiffres officiels, le rapport est même plus impressionnant puisque le Pentagone affirme qu’il y a seulement 3.870 soldats affectés à la “guerre” contre Daesh, – ce qui donne un général pour 323 soldats. (C’est le décompte du même Daily Beast, qui corrige le chiffre officiel et le porte à 5.000.) [...]

» L’armée US est aujourd’hui l’armée la plus lourde, la plus lente, la plus bureaucratisée, la plus sclérosée du monde et, d’une façon générale, de toute l’histoire militaire, certainement plus que l’armée soviétique avant l’effondrement de l’URSS. Elle est aussi celle qui possède le budget le plus haut, sinon le plus monstrueux, dépassant très largement les deux tiers de toutes les dépenses militaires du monde avec un budget réel proche de $1.200 milliards par an (près du double du budget “officiel”). Selon le GAO (Goverment Accountability Office) de 2013, le seul poste de l’entretien disons “domestique” (nettoyage, entretien des machines distributrices de Coca-Cola, etc.) des postes de commandement généraux et des quartiers-généraux des forces armées US a doublé entre 2007 et 2012, pour atteindre $1,1milliard par an. En 2001, la veille du 11 septembre, un secrétaire à la défense fameux, Donald Rumsfeld, avait averti que la plus grave menace contre les États-Unis, plus grave même que l’URSS durant la Guerre froide, se trouvait être “la bureaucratie du Pentagone”. Rumsfeld est parti, la menace est bien entendu plus que jamais en train de proliférer. »

Un événement sans exemple ni précédent

Il y a donc dans cette situation que nous décrivons deux aspects : d’une part, le désordre du point de vue US, à Washington D.C. et dans les structures US, régnant par conséquent à Washington bien plus qu’ailleurs (sur les théâtres extérieurs) où Washington intervient ; d’autre part, le cas du Pentagone qui se trouve dans une situation de mutinerie d’une ampleur et d’un caractère jamais vus auparavant alors qu’aucune personnalité d’autorité ou d’influence n’émerge pour donner l’explication d’une dynamique ou d’une capacité de synergie humaines à cette situation, alors que l’efficacité opérationnelle du monstre est à tout le moins contestable et même inverse à ce qu’on pourrait en attendre. Bien entendu, les deux aspects se complètent : c’est parce qu’il y a ceci (le désordre à Washington) que cela (la mutinerie du Pentagone) est “techniquement” possible, selon les processus et les dynamiques ; mais c’est aussi parce qu’il y a ceci (le désordre) que cela (la mutinerie) est politiquement possible, selon les normes en cours à Washington.

Le désordre n’est bien entendu pas la cause de la mutinerie mais il constitue la circonstance générale qui non seulement la permet mais la favorise. En un sens, le désordre permet au Pentagone d’en prendre à son aise jusqu’à la mutinerie, et même il justifie à ses yeux mêmes cette liberté qu’il prend avec les contraintes et les nécessités du Système (du système de l’américanisme) ; plus encore, il agit ainsi, en “prenant cette liberté”, en estimant qu’il agit malgré l’apparence de cette transgression au profit du Système. De cette façon, le désordre de Washington constitue un événement politique complètement fondamental parce qu’il met tout sens dessus-dessous entre les différents acteurs et serviteurs du Système à ce point que l’on ne sait plus véritablement dans quel sens il importe d’agir. La responsabilité de cette situation paradoxale, où la mutinerie du Pentagone a lieu à ciel ouvert sans qu’une protestation générale ne se fasse entendre ou sentir, revient et incombe à l’autorité suprême elle-même, c’est-à-dire au président Obama. Depuis au moins trois ou quatre ans que la Syrie est devenue un bourbier de type “global”, le président Obama a eu le temps, et il avait l’autorité alors, d’entreprendre cette initiative de coopération avec la Russie. En ce temps-là, avec un Dempsey à la tête du JCS, avec une DIA conduite par Flynn qui ne cessait de tenter d’avertir la Maison-Blanche du danger d’alimenter les groupes terroristes, avec un Pentagone qui ne cessait de freiner contre toute intervention, Obama n’aurait eu aucune peine à affirmer son autorité dans le sens qu’on sait, parce que cette autorité aurait posé un acte légitime ; mais, comme l’on sait, il était paresseusement enfermé dans sa “narrative infranchissable”... Ainsi attendit-il le temps où, devenu président-lame duck comme on dit et ayant peuplé le Pentagone de personnalités falotes, il ne fait absolument plus le poids contre le monstre désormais déchaîné et finalement engagé en Syrie qu’est devenu le Pentagone. Qui t’a fait roi, Pentagone ?

Dans un tel contexte, l’affaire révèle des proportions remarquables et exceptionnelles... Car un autre point est à mettre en évidence, qui donne à la mutinerie du Pentagone un aspect complètement inédit, en la faisant passer du conjoncturel au structurel : le constat, vu plus haut, que le Pentagone était déjà publiquement en état de mutinerie le 22 août, pas moins que le 26 septembre, alors qu’entretemps un accord de cessez-le-feu a été signé (le 9 septembre) entre les USA et la Russie (Kerry et Lavrov), avec, du côté US, le soutien explicite et affirmé du président Obama. Cet événement solennel et significatif réaffirmant l’autorité suprême du président (le soutien d’Obama) n’a en rien modifié l’attitude du Pentagone : le pouvoir suprême s’est affirmé, le mutin a proclamé qu’il n’en tenait aucun compte. (Là encore et toujours, nous parlons de la situation des rapports des pouvoirs, et nullement de la situation “sur le terrain” en Syrie. La mutinerie, c’est Washington ; la Syrie, c’est d’une narrative à l’autre pour tenter de dissimuler la débâcle US...)

Cette affirmation structurelle est extrêmement importante, selon notre perception. Elle implique que la mutinerie n’est en rien un accident, ni une matière fortuite et marginale, mais bien une position fondamentale, une attitude qui prétendrait redéfinir entièrement la position et la dynamique du Pentagone, et essentiellement son droit de regard sur la politique extérieure des USA, avec l’affirmation implicite de pouvoir la refuser, de la modifier selon son point de vue, ses intérêts et ses conceptions. Il est évident qu’une telle situation, même à l’intérieur du Système et même si tout le monde est complice, ne pourra être acceptée par l’autorités suprême, au risque, dans le cas contraire, de bouleverser dramatiquement l’équilibre de l’ensemble, du système de l’américanisme. Cela ne concerne en rien Obama, qui est en fin de parcours, mais la personne qui lui succédera, qu’elle soit de sexe masculin ou de sexe féminin, – effectivement, aussi bien pour Hillary, – parce que c’est une question de fonctionnement structurel et nullement une question de simple option politique. Autrement dit, il s’agit d’une situation potentielle de crise institutionnelle, cadeau d’adieu d’Obama au système de l’américanisme et à son successeur, – bref, cette mutinerie est sans exemple ni précédent.

(Il est temps à ce point de noter qu’il y a déjà eu des “mutineries” au Pentagone, mais jamais de semblables. [Comme on a vu plus haut, nous écartons de cette analogie d’autres exemples d’interférences ponctuelles qui ne sont en rien des “mutineries”, comme l’affaire du U-2 abattu le 1er mai 1960 au-dessus de l’URSS.] Il y eut des “mutineries” comme “la révolte des amirauxen 1949 ou la crise du JCS durant la guerre du Vietnam ; mais elles restaient dissimulées et ne défiaient pas ouvertement l’autorité, et encore moins l’autorité suprême ; elles avaient du sens du point de vue bureaucratique et poursuivaient un but stratégique cohérent concernant les structures du Pentagone ou sa politique interne. [Lorsqu’elle défiait l’autorité suprême publiquement, elle était alors le fait de personnalités précises et la mutinerie devenait aussitôt conflit ouvert et crise et se résolvait très vite au profit de l’autorité suprême : le cas de MacArthur contre Truman en 1952.] Il n’y a jamais rien eu de semblable à ce qui se passe aujourd’hui, où le Pentagone veut directement interférer sur la politique de sécurité nationale qui est normalement l’apanage du département d’État dans son application opérationnelle, tandis que son sens et son orientation émanent du président lui-même.)

Mais voyons plus large, maintenant... Ainsi trouve-t-on en effet, tous comptes faits et tous les nœuds d’explication classique dénoués, une situation qu’on peut juger, soit étrange, soit révélatrice, d’une énorme entité, d’une sorte d’égrégore (lors de son mandat 1997-2001, le secrétaire à la défense Cohen surnomma le Pentagone Moby Dick), dirigée par des personnalités effacées sinon médiocres, et prenant une position extrêmement affirmée de mutinerie vis-à-vis du pouvoir suprême. Qui plus est, cette posture extraordinaire est affirmée pour tenter de poursuivre et d’aggraver une lutte (en Syrie, contre Assad et la Russie avec l’aide de groupes terroristes bien connus) dont le bénéfice stratégique est complètement incompréhensible du point de vue du Pentagone, dans tous les cas de son point de vue lorsque des personnalités (des “personnes humaines”) marquantes se trouvaient à sa tête. En effet, le Pentagone s’est toujours fermement gardé des emportements du type de l’affectivisme, qui marquent notamment l’activisme de personnalités libérales-activistes (type-R2P) telles Stéphanie Power et Hillary Clinton, qui ont conduit à cette position de communication complètement idéologisée du “Assad Must Go”. Dans tous les cas, Moby Dick n’a certainement pas besoin de cette affirmation d’extrémisme pour maintenir son statut, pour poursuivre des conflits que le pouvoir civil favorise depuis 9/11, pour développer ses programmes monstrueux et recevoir son budget gargantuesque, bref pour justifier son existence dans tous ses excès mais dans le cadre constitutionnel du système de l’américanisme.

Le motif de la position de mutinerie du Pentagone apparaîtrait-il alors comme le fruit du simple hybris, du refus complet de reconnaissance d’une puissance pouvant figurer à parité, etc., comme dans le cas d’une possible coopération avec les forces russes ? Au niveau de sapiens du type Carter-Dunford, c’est possible, selon l’idée d’une hybris de type bureaucratique, d’un type fort grossier, comme on en rencontre beaucoup dans les grands organismes du bloc-BAO ; mais cela paraît évidemment bien insuffisant pour à la fois expliquer et justifier une telle mutinerie d’une telle puissance, justement parce que ces personnalités sont médiocres et ont une influence à mesure. Carter-Dunford sont plutôt des pantins, comme les autres généraux du théâtre, qui sont animés par une force qui les dépasse et les emporte.

Au-delà, il est manifeste qu’on retrouve alors la poussée de surpuissance propre au Système et aux forces qui l’animent, qui n’a nul besoin de stratégie cohérente, ni même de la plus petite lumière d’intelligence, pour se déployer avec toute son énergie possible. Ce qui se passe au Pentagone aujourd’hui renvoie directement à la dynamique du Système tel que nous l’entendons, dans toute son ampleur et sa phénoménologie métahistorique. Ainsi la crise de la mutinerie du Pentagone sort-elle de son contexte washingtonien et bureaucratique, pour s’affirmer comme un signe exceptionnellement puissant et significatif de la crise générale du Système, complètement au niveau métahistorique. C’est évidemment dans cette voie qu’il importe de l’observer avec attention, de la suivre et, peut-être, d’en attendre des effets remarquables et extraordinaires.

Hacker NewsWhat I Learned from a Stroke at 26: Make Time to Untangle
Comments
Hacker NewsChelsea Manning's 14 days in solitary for suicide attempt is 'cruel and inhuman'
Comments
Hacker NewsThe Fundamental Limits of Machine Learning
Comments
Hacker NewsWhat if the aliens we are seeking are AI?
Comments
Ars TechnicaFast cars and paddock life: the IMSA Lone Star Le Mans gallery

AUSTIN, TEXAS—The annual Lone Star Le Mans races at the Circuit of the Americas is one of the highlights of the Cars Technica calendar. This year the event—which took place September 15th-17th—saw temperatures that if anything were even hotter than 2015, making it a true test of endurance for drivers, crew, and even the hardy spectators. You'll be able to read about the mighty 1000hp (745kW) hybrid prototypes of the World Endurance Championship tomorrow, but for now we thought you'd enjoy a look at the IMSA WeatherTech Sportscar Championship race.

The series heads to Road Atlanta in Braselton, Georgia next weekend (September 28-October 1st) for the finale in the 10-hour Petit Le Mans. Sadly next year there won't be an IMSA/WEC double-header, the former opting for a date in April that avoids clashing with college football (as well as promising more hospitable temperatures).

Read on Ars Technica | Comments

Hacker NewsMarc Andreessen suddenly deletes all his tweets, goes on Twitter break
Comments
Hacker NewsISP explains data caps to FCC: Using the Internet is like eating Oreos
Comments
Hacker NewsDesigning and producing 2FA tokens to sell on Amazon while in college
Comments
TomDispatchTomgram: Rebecca Gordon, Arresting Our Way to "Justice"

You’ve heard of distracted driving? It causes quite a few auto accidents and it’s illegal in a majority of states...

Hacker NewsSoftware Development at 1 Hz
Comments
Game WisdomA Critical Thought on Hideo Kojima

A Critical Thought on Hideo Kojima Josh Bycer josh@game-wisdom.com

For this critical thought, I took a look at the works of Hideo Kojima and how his own sense of style is a part of his games.

The post A Critical Thought on Hideo Kojima appeared first on Game Wisdom.

Hacker NewsMeet the LA man who has built dozens of tiny houses for the homeless
Comments
Hacker NewsBack to the Future: Squeak, a Practical Smalltalk Written in Itself (1997)
Comments
Rezo.netTotal contrôle | Megacombi
Notre Chris a été convoqué pour un rendez vous un peu spécial : seule face à des représentants de Pole Emploi, de la Caf, et du département, elle doit se justifier de bénéficier du RSA depuis 2009 : récit d'un contrôle social... Avec aussi :
- Les assistés et le pass pass pole emploi (Archives)
- Les nouveaux sentiers de la réactions : Adèle Van Brete et ses invités débattent de notre gauloisité
- Pas d'eau pour les rroms (reportage à sec)
- Contrôle de tabac (Pub)
- Les algorithmes de big brother (Mix)
- Des nouvelles sous contrôle (journal)
- Alain, chômeur heureux (rencontre)
- C'était pas trop chiant ? (Générique de fin)
- Et bien sur le 2e épisode du feuilleton d'exil de Gribish à Bruxelles.
Durée : 1h02.
Source: Radio Canut