About

Feeds

 

〰 Tidal, Archiloque's feed reader

Hacker NewsErlangers USE LABELS (aka “Stop Writing Punched-In-the-Face Code Blocks”)
Comments
Hacker NewsLowRISC: a fully open sourced, Linux capable SoC from the makers of the RPi
Comments
Planet IntertwinglyLinks for 2016-12-07 [del.icio.us]
Sponsored: 64% off Code Black Drone with HD Camera Our #1 Best-Selling Drone--Meet the Dark Night of the Sky!
jwzStop grinding your teeth.

Previously, previously.

Rezo.netLe désert de la critique (1re partie) | Racine de moins un
Patrick Marcolini, qui dirige la collection Versus aux éditions L'Echappée où il publie des ouvrages de philosophie politique, nous présente le livre de Renaud Garcia, « Le Désert de la critique, déconstruction et politique » (éd. L'échappée, 2015). La nature humaine ? Fiction dangereuse. La raison analytique ? Instrument d'uniformisation culturelle. La vérité ? Objet relatif masquant les dispositifs de pouvoir. Le langage ? Geôlier de la créativité. L'universalisme ? Alibi de l'Occident pour dominer le monde. Le corps ? Pâte à modeler au gré des innovations technologiques. Tels sont les lieux, devenus communs, de la pensée de la déconstruction. Durée : 54 min.
Source: Radio Zinzine
Hacker NewsWhy I Believe Scratch Is the Future of Programming
Comments
Rezo.netLe père-noël est-il macho ? | Sons bâtards
Les jouets sont-ils plus sexistes que l'agencement des magasins, les codes couleurs des catalogues ou les choix retenus par l'entourage d'un enfant ? Serait-ce par là qu'on définit ce que doit être un Gârrrrçon et une Fiiiiiiille ? Vous retrouverez ici pleins d'interviews extraites de « Lilith, Martine et les autres » (émission féministe de Canut), et plein de musiques créées avec des jouets sonores, instruments pour gamins, jeux-vidéos et circuit-bending de dictées magiques… En espérant swinguer hors du rose et du bleu. Durée : 1h18.
Source: Radio Canut
Planet IntertwinglyTivoli Netcool/OMNIbus Integrations Release 3 2016
These packages are available in Passport Advantage for download: Netcool/OMNIbus Probe for Message Bus (nco-p-message-bus-3_0) Netcool/OMNIbus Probe for Microsoft Exchange Web Services (nco-p-ews-1_0) Netcool/OMNIbus Gateway for ServiceNow (nco_g_servicenow-3_0) Netcool/OMNIbus Java Gateway Framework (nco-g-java 5_0) Netcool/OMNIbus Transport Module for Message Bus Integration (common-transportmodule-12_0) Netcool/OMNIbus Probe Extension Package V7.0  
Hacker NewsNetBeez (YC W16) Is Hiring a Full-Stack Engineer in Pittsburgh
Comments
Hacker NewsTalks that changed the way I think about programming
Comments
Rezo.netLe « plan B » de Moufid | Odile Duperry
Voici la suite du périple de Moufid, réfugié syrien, rencontré à Athènes au mois de juin. Odile Duperry, chef du bureau de l'agence sur place, avait raconté cet été la chance inouïe de cet ancien restaurateur d'Alep d'obtenir l'asile politique en moins de six mois. Depuis, ses pérégrinations ont mis en relief la façon dont les plus débrouillards, ou les plus aisés, parviennent à s'extraire de la Grèce malgré les murs physiques et légaux érigés par l'UE. Moufid vise toujours l'Allemagne, mais son « plan B » pourrait l'emporter : rester en Grèce.
Source: Making-of
Hacker NewsBlack Holes Are Sending Quantum Messages in the Universe
Comments
Hacker NewsCase Study Series: Google Security Keys Work
Comments
Hacker NewsPostgreSQL 10 will ship with table partitioning
Comments
Ars TechnicaMiyamoto lands on late-night TV with Nintendo Switch reveal—and guitar riffs

NBC

TV show host Jimmy Fallon has aggressively courted video game makers since taking over the NBC Tonight Show desk, and he continued his nerd-cred streak on Wednesday night with Nintendo's help.

Nintendo of America president Reggie Fils-Aime joined Fallon on stage with an iPhone in hand (and a slick Mario pin on his lapel) to show off the first full-level run of Super Mario Run we've yet to see—but this moment was quickly overshadowed by a "one more thing" reveal: The Nintendo Switch console. Even better, it was shown off running The Legend of Zelda: Breath of the Wild for the first time; all previous footage of that game ran on the Wii U console.

Read 7 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsCassini Beams Back First Images from New Orbit
Comments
Hacker NewsAn integral with a couple lessons
Comments
Planet IntertwinglyHow useful is table SYSCAT.COLUMNS for DBAs?
I found SYSCAT.COLUMNS very useful as it contains all column names for all tables including system tables. So if I need to look for any system table containing information about specific utility, I go through this table and look for that utility name.   For eg. If I need to look for system tables that stores information about 'REORG' utility, I run following command:   > db2 "select unique tabschema, tabname from syscat.columns where colname like '%REORG%' "   TABSCHEMA                      TABNAME                        ------------------------------ ------------------------------ SYSIBMADM                      ADMINTABINFO                   SYSTOOLS                       HMON_ATM_INFO                  SYSIBMADM                      SNAPTAB                        SYSIBMADM                      SNAPTAB_REORG                      4 record(s) selected.   Or, following query:   > db2 "select tabschema, tabname, colname from syscat.columns" | grep -i reorg SYSIBMADM    ADMINTABINFO    INPLACE_REORG_STATUS SYSIBMADM    ADMINTABINFO    NUM_REORG_REC_ALTERS SYSIBMADM    ADMINTABINFO    REORG_PENDING SYSIBMADM    SNAPTAB         PAGE_REORGS SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    DATA_PARTITION_ID SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    DBPARTITIONNUM SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    MEMBER SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    PAGE_REORGS SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_COMPLETION SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_CURRENT_COUNTER SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_END SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_INDEX_ID SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_LONG_TBSPC_ID SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_MAX_COUNTER SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_MAX_PHASE SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_PHASE SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_PHASE_START SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_ROWSCOMPRESSED SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_ROWSREJECTED SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_START SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_STATUS SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_TBSPC_ID SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    REORG_TYPE SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    SNAPSHOT_TIMESTAMP SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    TABNAME SYSIBMADM    SNAPTAB_REORG    TABSCHEMA SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_AVG_RUNTIME SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_DETAIL SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_FLAG SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_HISTORY SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_INDEX_NAME SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_INDEX_ONLINE SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_INDEX_SCHEMA SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_LOCK SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_NOTIFY SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_STATE SYSTOOLS    HMON_ATM_INFO    REORG_TIME   Later you may find  REORG_STATUS by querying table SYSIBMADM.SNAPTAB_REORG .   $ db2 "describe table SYSIBMADM.SNAPTAB_REORG"                                 Data type                     Column Column name                     schema    Data type name      Length     Scale Nulls ------------------------------- --------- ------------------- ---------- ----- ------ SNAPSHOT_TIMESTAMP              SYSIBM    TIMESTAMP                   10     6 Yes    TABNAME                         SYSIBM    VARCHAR                    128     0 Yes    TABSCHEMA                       SYSIBM    VARCHAR                    128     0 Yes    PAGE_REORGS                     SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_PHASE                     SYSIBM    VARCHAR                     16     0 Yes    REORG_MAX_PHASE                 SYSIBM    INTEGER                      4     0 Yes    REORG_CURRENT_COUNTER           SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_MAX_COUNTER               SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_TYPE                      SYSIBM    VARCHAR                    128     0 Yes    REORG_STATUS                    SYSIBM    VARCHAR                     10     0 Yes    REORG_COMPLETION                SYSIBM    VARCHAR                     10     0 Yes    REORG_START                     SYSIBM    TIMESTAMP                   10     6 Yes    REORG_END                       SYSIBM    TIMESTAMP                   10     6 Yes    REORG_PHASE_START               SYSIBM    TIMESTAMP                   10     6 Yes    REORG_INDEX_ID                  SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_TBSPC_ID                  SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    DBPARTITIONNUM                  SYSIBM    SMALLINT                     2     0 Yes    DATA_PARTITION_ID               SYSIBM    INTEGER                      4     0 Yes    REORG_ROWSCOMPRESSED            SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_ROWSREJECTED              SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    REORG_LONG_TBSPC_ID             SYSIBM    BIGINT                       8     0 Yes    MEMBER                          SYSIBM    SMALLINT                     2     0 Yes      22 record(s) selected.   $ db2 "select TABSCHEMA, TABNAME, REORG_START, REORG_END, REORG_STATUS from SYSIBMADM.SNAPTAB_REORG" -- This will give you detailed information of REORGs ran/running in your system.   You may run similar queries for other utilities like RUNSTATS, REBALANCE' etc and find out about information stored in system tables.    
QC RSSNew Scientific Fields




Ads by Project Wonderful! Your ad could be here, right now.

Planet IntertwinglyUnable to see all person documents in Domino Directory
(Q). Unable to see all person documents in Domino Directory (A). The problem can be resolved by switching the user id from server to administrator via File - Security - Switch ID in Domino Administrator Client.
Hacker NewsDo you dream of building self-healing systems? Sift Science is hiring
Comments
Daring FireballTrump Picks Scott Pruitt, Climate Change Denialist, to Lead E.P.A.

Coral Davenport and Eric Lipton, reporting for the NYT:

Mr. Pruitt, a Republican, has been a key architect of the legal battle against Mr. Obama’s climate change policies, actions that fit with the president-elect’s comments during the campaign. Mr. Trump has criticized the established science of human-caused global warming as a hoax, vowed to “cancel” the Paris accord committing nearly every nation to taking action to fight climate change, and attacked Mr. Obama’s signature global warming policy, the Clean Power Plan, as a “war on coal.”

Mr. Pruitt has been in lock step with those views.

Here’s a story from just two years ago, on how Pruitt served as a lackey for the fossil fuel industry while serving as attorney general of Oklahoma:

The letter to the Environmental Protection Agency from Attorney General Scott Pruitt of Oklahoma carried a blunt accusation: Federal regulators were grossly overestimating the amount of air pollution caused by energy companies drilling new natural gas wells in his state.

But Mr. Pruitt left out one critical point. The three-page letter was written by lawyers for Devon Energy, one of Oklahoma’s biggest oil and gas companies, and was delivered to him by Devon’s chief of lobbying.

“Outstanding!” William F. Whitsitt, who at the time directed government relations at the company, said in a note to Mr. Pruitt’s office. The attorney general’s staff had taken Devon’s draft, copied it onto state government stationery with only a few word changes, and sent it to Washington with the attorney general’s signature. “The timing of the letter is great, given our meeting this Friday with both E.P.A. and the White House.”

Mr. Whitsitt then added, “Please pass along Devon’s thanks to Attorney General Pruitt.”

 ★ 
Daring FireballDaring Fireball T-Shirts Now Available

The classic DF logo, printed on a ‘Tri-Black’ t-shirt.

On sale now through next week. U.S. orders will ship in time for Christmas.

Comfy and stylish.

 ★ 
Hacker NewsARM-Based Windows 10 Portable PCs? Hell Yes
Comments
Hacker NewsFacebook/jest: Painless JavaScript Testing
Comments
Hacker NewsJest – Painless JavaScript Testing
Comments
Ars TechnicaWindows is coming back to ARM, this time with 32-bit x86 compatibility

Enlarge / Some of the VR headsets due to be released in 2017. (credit: Microsoft)

At its WinHEC hardware conference in Shenzhen today, Microsoft announced a range of hardware-driven initiatives to modernize the PC and address two big goals. The first is expanded support for mixed reality; the second is to produce a range of even more power-efficient, mobile, always-connected PCs powered by ARM processors.

Mixed reality is set to be a major part of next spring's Creators Update, with Microsoft promising a range of head-mounted displays (HMDs) with prices starting at $299. The Creators Update will include a 3D user interface derived from the one already used in the HoloLens, along with 3D modelling tools to allow people to explore 3D development.

To support this move, Microsoft and Intel have announced a collaborative effort named "Project Evo" that outlines the capabilities of modern PCs. Project Evo systems will include certain capabilities that are otherwise optional. Specifically, they'll include far field array microphones to support voice commands from across the room; they'll include biometric authentication using the Windows Hello framework; they'll have sufficient graphical capabilities to drive HMDs; and they'll support a range of audio-visual capabilities such as 4K pictures, high dynamic range and wide color gamut displays, spatial audio, and Xbox controllers.

Read 15 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsQualcomm's Snapdragon 835 to Support Windows 10
Comments
Hacker NewsThe 50th Anniversary of ATS-1
Comments
Hacker NewsModels for hierarchical data (2010)
Comments
jwzTHEY MAGIC

Previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously, previously.

Hacker NewsAbout pull request reviews
Comments
Hacker News[Insert Clickbait Headline About Progressive Enhancement Here]
Comments
Ars TechnicaThe Expanse is back with this kickass trailer for season two

The new trailer for season two of The Expanse, from Syfy.

We were blown away by the first season of Syfy's series The Expanse, based on the rip-roaringly great novels by James S. A. Corey. So we're seriously excited that season two starts February 1, 2017, and Syfy has just dropped a new trailer. Strap yourself in, because the troubles brewing between Earth, Mars, and the Belt are exploding into something that looks like the first war between all the human worlds.

Set 200 years in the future, the series is about what happens after humans have colonized Mars and the asteroid belt (known simply as the Belt). Not surprisingly, our journey into space hasn't made humanity any more peaceful or politically astute. Earth and Mars are on the brink of war, and radicals in the Belt are protesting poor working conditions and gravity deprivation in their cheap-ass habitats on planetoid Ceres. What's so fantastic about this series are its fully-imagined political worlds, whose internecine battles feel brutally realistic. It helps that the special effects are pretty damn good too.

All our favorite characters are back: there's the once-idealistic Earther Jim Holden (Steven Strait), who accidentally witnessed a war crime in space; mysterious former engineer Naomi Nagata (Dominique Tipper), who has joined Holden as executive officer on the ship Rocinante to seek justice; grizzled Belter Josephus Miller (Thomas Jane), a detective who sniffed out a government coverup and is now is major danger; U.N. deputy undersecretary Chrisjen Avasarala (Shohreh Aghdashloo), trying to figure out who would benefit from a war between Earth and Mars; and Fred Johnson (Chad Coleman), the leader of Belter radical group OPA, whose alliances are as ambiguous as his motivations.

Read 2 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsThe liquidity what if? Our alternative to employee options/equity grants
Comments
Hacker NewsClonezilla: Disk Imaging and Cloning
Comments
Hacker NewsData Engineering at Slack
Comments
Hacker NewsWhat’s New with Xen Project Hypervisor 4.8?
Comments
Les CrisesPaul Magnette à propos du CETA : “Il ne faut pas jouer avec les pieds des Wallons”

Source : RTBF, 02-12-2016

capture-decran-2016-12-05-a-14-08-57

Voir la vidéo

Le ministre-président wallon menace d’enterrer le traité commercial CETA si âprement négocié entre l’Union européenne et le Canada. La région wallonne s’était entendue avec le gouvernement fédéral pour qu’il consulte la Cour de Justice européenne sur la validité des tribunaux privés qui devraient régler les éventuels conflits, selon les termes même du CETA. Mais, manifestement, le fédéral n’est pas pressé.

Redoutant une manœuvre, Paul Magnette menace d’activer la clause de suspension du traité. ” Je ne cherche pas l’escalade. Je ne cherche pas à ce que l’on ravive le conflit sur le CETA. Nous avons trouvé un accord de bonne fois entre la Région et le gouvernement fédéral. Mais si ce dernier ne respecte pas les engagements qu’il a lui-même signés, alors- je suis désolé- mais on ne peut pas jouer avec les pieds des Wallons. 

Les Wallons n’ont fait aucune bourde

Devant les membres du Cercle de Wallonie ce jeudi midi, le ministre-Président est apparu très remonté, menaçant même. Dans ses propos, il a donc expressément demandé au gouvernement fédéral de demander l’avis de la Cour de Justice européenne.  “C’est hallucinant, on a négocié de bonne foi, tout était écrit noir sur blanc, y compris la demande d’avis à la Cour de Justice et le gouvernement fédéral le sait.

Sur l’idée selon laquelle les wallons auraient laissé passer une close lourde de conséquence, Paul Magnette est catégorique: “Les Wallons n’ont fait aucune bourde. Tout a été relu virgule par virgule, et la démarche devant la Cour de Justice devait être entreprise tout de suite, c’était parfaitement clair. Et aujourd’hui, il y a une volonté du Premier ministre de réveiller des querelles, de remettre de l’huile sur le feu.

La menace d’une suspension définitive du CETA

Paul Magnette ne laisse planer aucun doute sur sa détermination en cas de tergiversation: “Dans ce cas-là, nous activerons la clause de suspension. Je demanderai au parlement wallon de décréter une non-ratification définitive et permanente du CETA. Ce qui aura pour effet une suspension du traité pour les 28 Etats-membres. Quand je négocie de bonne foi, j’espère que les autres font de même. Je suis donc indigné de voir qu’aujourd’hui, on cherche à tordre les textes pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. Il faut une lecture honnête des textes que chacun a signés et, comme le ministre Reynders s’y est engagé par écrit, et encore oralement hier avec moi, il faut entamer immédiatement la demande d’avis auprès de la Cours de Justice européenne”. 

Source : RTBF, 02-12-2016

Game WisdomA Critical Thought on Regenerating Health Systems

A Critical Thought on Regenerating Health Systems Josh Bycer josh@game-wisdom.com

Today’s Critical Thought looks at the implementation of regenerating health systems in game design. While it may seem simple, this mechanic has changed game design and pacing in major ways. I talked about the three major examples of the design and the games that used it.

The post A Critical Thought on Regenerating Health Systems appeared first on Game Wisdom.

Les CrisesCorbyn alerte sur un retour de la Guerre froide à moins que les frontières ne soient démilitarisées, par Joe Watts

Source : Independent, le 13/11/2016

L’OTAN a annoncé récemment qu’elle allait positionner des milliers de soldats supplémentaires en Europe de l’Est

Joe Watts | Lundi 14 novembre 2016

Jeremy Corbyn lors du Andrew Marr show

Jeremy Corbyn lors du Andrew Marr show

Jeremy Corbyn a attiré l’attention des leaders occidentaux sur la nécessité de démilitariser la frontière entre la Russie et l’Europe de l’Est, pour éviter une nouvelle Guerre froide.

Le leader syndical a précisé qu’il avait des critiques à faire à Vladimir Poutine, mais que l’Ouest devait s’assurer de ne pas amasser des troupes à la frontière russe.

Ceci intervient après que l’OTAN, sur laquelle M. Corbyn a été longtemps critique, ait annoncé un nouveau déploiement en Europe de l’Est à la suite de la tension croissante avec Moscou.

S’adressant au présentateur de la BBC, Andrew Marr, M. Corbyn a affirmé : “J’ai beaucoup, beaucoup de critiques envers Poutine, sur le non-respect des droits de l’Homme en Russie, sur la militarisation de la société. Mais je pense réellement qu’il doit y avoir un processus que nous devons tenter – démilitariser la frontière entre ce que sont les États actuels de l’OTAN et la Russie, afin de séparer ces forces et de les écarter pour ramener une sorte d’apaisement.

“Nous ne pouvons accepter une nouvelle Guerre froide.”

Jeremy Corbyn réagit à la victoire de Trump

En octobre, l’OTAN a révélé qu’elle s’apprêtait à positionner 4000 soldats à la frontière russe en accord avec les États de la Baltique, la plus importante concentration militaire depuis la Guerre froide. Les troupes seront placées sous la responsabilité des nations membres de l’Alliance, notamment le Royaume Uni.

Un responsable de l’OTAN a déclaré : “L’OTAN renforce la dissuasion et la défense à tous les niveaux et ceci constitue un effort continu. Nous prenons des décisions pour renforcer notre présence dans la partie Est de l’Alliance, notamment avec le déploiement de quatre bataillons dans les pays de la Baltique et la Pologne. Et notre fer de lance d’environ 5000 soldats est en haut degré d’alerte, pouvant se déployer très rapidement au sein de toute l’Alliance. Ceci est renforcé par la Response Force de l’OTAN comptant 40 000 soldats, et le personnel militaire des alliés de l’OTAN. Nos forces à l’Est s’entraîneront et collaboreront avec les forces de défense des pays concernés.

M. Corbyn a suggéré dans son entretien que l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, qui comprend la Russie, pourrait remplacer l’OTAN comme un forum pour résoudre les problèmes dans la région.

Durant la campagne électorale, M. Corbyn a suscité la controverse après avoir refusé de reconnaître l’article 5 de l’OTAN, qui oblige les pays à défendre les autres s’ils sont attaqués.

Source : Independent, le 13/11/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Les CrisesLe boss de Wells Fargo’s mène le bal des faux-culs, par Dave Lindorff

Par Dave Lindorff – Le 22 septembre 2016 – Source CounterPunch

Hey, les Américains! Nous allons tous commencer à prendre la responsabilité de ce que nous faisons mal. Nous allons tous commencer à être responsables de nos actions ou de notre inaction.

John Stumpf, PDG de Wells Fargo Bank, l’une des plus grandes banques too big to faildu pays, nous montre le chemin dans ce nouveau monde radieux engagé.

Lorsque le gouvernement a découvert que Wells Fargo Bank avait, depuis 2011, trafiqué son bilan en ouvrant des millions de comptes de cartes de crédit au nom des clients de Wells Fargo, mais derrière leur dos, puis en prenant des frais sur ces comptes, et enfin en taxant, à leur insu, les titulaires des cartes, de frais et d’intérêts de retard pour non paiement des charges indues précédentes, il a infligé à la banque une amende de $185 millions. Mais il n’a pas inculpé les dirigeants de la banque cette fois-ci, alors qu’il l’avait fait précédemment pour le comportement criminel des plus grandes banques du pays – Citibank, Goldman Sachs, Morgan Stanley et JPMorgan Chase.

Mais bon, ce John Stumpf est un gars engagé. Il a dit aux médias et à la Commission sénatoriale permanente des banques qu’il prenait «l’entière responsabilité» pour la fraude gigantesque commise à l’encontre des clients de la troisième plus grosse banque du pays, et dit qu’il était «responsable» de la forte pression mise sur les commerciaux de bas niveau pour qu’ils vendent des produits bancaires – cette pression a conduit plus de 5 000 de ses employés à mettre en place les comptes frauduleux.

Mais voici le pompon : se lever  et dire : «Je prends l’entière responsabilité» et «Je suis responsable» est vraiment facile ! Vous ne devez pas réellement faire quoi que ce soit d’autre et rien ne vous arrive ! En fait, Stumpf, interrogé par une membre de la Commission sénatoriale des banques, Elizabeth Warren – sénatrice démocrate du Massachusetts – a admis qu’il avait gagné $19,3 millions l’an dernier, dont $4 millions de bonus pour avoir supervisé l’opération frauduleuse, cela dans une année où la banque et son conseil d’administration étaient bien conscients qu’une enquête était en cours pour la gigantesque escroquerie. «Prendre ses responsabilités» et être «responsable» n’a apparemment aucune implication réelle, comme, par exemple, démissionner de son poste lucratif de PDG, et encore moins quitter son entreprise. Cela ne semble même pas signifier une réduction de salaire. Joli travail, vraiment !

Mais ce n’est pas vrai pour les milliers d’employés qui ont ouvert les comptes frauduleux. Ils ont tous été virés par la banque, sans aucun doute à la demande de Stumpf. La fiche de paie a subi une ponction substantielle suite à leur comportement criminel, ce que l’on peut qualifier d’une sorte de «prise de responsabilité» pour ce qu’ils ont fait, même s’ils ne l’ont pas fait volontairement.

Mais Stumpf ? Alors qu’il avait clairement détourné les yeux de l’escroquerie pendant cinq ans, jusqu’à ce que les autorités fédérales aient eu vent de celle-ci, et une fois que la fraude fut devenue de notoriété publique, il se leva et dit qu’il «assumait la responsabilité»pour ce qui est arrivé. Non seulement cela. Il a aussi dit qu’il était «responsable» de la fraude. Quel homme !

Cela me fait penser que nous devrions tous commencer à faire ça. Le pays se porterait tellement mieux, si nous étions tous des gens engagés comme Stumpf.

Alors, la prochaine fois que vous êtes arrêté pour excès de vitesse, ne discutez pas avec le flic qui vous est tombé dessus. Il suffit de dire : «Monsieur l’agent, vous avez raison. J’ai commis un excès de vitesse, et je prends l’entière responsabilité. Je serai responsable de mon mauvais comportement sur la route.» Ensuite, remerciez-le et démarrez. Vous avez fait la bonne chose. Sans doute le flic va juste retourner dans sa voiture et chercher d’autres conducteurs imprudents, impressionné par votre volonté de prendre votre responsabilité.

Même chose si vous avez une vérification fiscale de l’IRS et qu’ils vous disent que vous avez sous-estimé votre revenu et réclamé des déductions indues, que vous devez donc au département du Trésor $20 000 en arriéré d’impôts, pénalités et intérêts. Remerciez-les d’avoir pris la peine de vous vérifier et de corriger vos erreurs, dites-leur que vous prenez l’entière responsabilité de celles-ci, assurez-les que vous êtes responsable, puis raccrochez le téléphone. Vous avez fait votre devoir civique. Vous vous êtes engagé et avez pris votre leçon. Vous êtes un citoyen responsable, et vous ne serez sûrement pas dérangé à nouveau par l’IRS.

Les criminels violents pourraient faire la même chose. Disons que vous avez tué un employé de magasin, lors d’une tentative ratée de voler la caisse. Lorsque vous êtes devant le tribunal, ne plaidez pas innocent, prenez tout de façon insouciante et exigez un procès devant un jury. Vous savez que vous l’avez fait. Je ne dis pas que vous devez plaider coupable. John Stumpf n’a pas fait cela, après tout. Juste comme Stumpf, dites au magistrat lors de votre mise en accusation : «Votre honneur, je prends toute la responsabilité pour cette assassinat. Je suis responsable.» Vous pouvez même dire que vous suivez l’exemple du célèbre banquier John Stumpf. Alors attendez-vous, comme Stumpf, à être autorisé à poursuivre votre chemin en continuant votre vie de criminel. Quel juge de bon sens pourrait être en désaccord ?

Si John Stumpf peut gérer une banque qui n’est rien d’autre qu’un syndicat criminel et ensuite se lever, prendre la responsabilité, et continuer ses escroqueries sans avoir à payer même une amende, pourquoi ne devrions-nous pas tous être en mesure de faire la même chose chose, quand nous sortons des clous et sommes pincés à faire quelque chose d’illégal ou de vil ?

D’autres banques ont fait à peu près la même chose, donc on ne peut pas dire que c’est une idée nouvelle. Rien que l’an dernier, le ministère de la Justice a chargé cinq autres grandes banques, Citibank, JPMorgan Chase, Barclays PLC, Royal Bank of Scotland et UBS, avec le crime de fraude pour avoir manipulé illégalement les marchés monétaires internationaux – apparemment, Wells Fargo était trop occupé à frauder ses propres clients pour participer à la fête. Les cinq banques ont plaidé coupable, et payé collectivement $2 milliards d’amendes. Mais, alors que les principaux dirigeants ont tous «pris leur responsabilité» pour les crimes de leurs institutions, ils n’ont personnellement pas payé d’amendes ou fait de la prison, ni même perdu leur emploi. En fait, après que sa banque, en mai 2015, a plaidé coupable pour alléger sa peine – rappelez-vous que les sociétés sont aussi des gens – le PDG de JPMorgan Chase et le président Jamie Dimon ont obtenu une augmentation de $7 millions pour l’année par le conseil d’administration qu’ils président, augmentant leur salaire de 35% jusqu’à $27 millions, par rapport à $20 millions en 2014. Oh, attendez ! Dimon n’a jamais pris de responsabilité pour le comportement criminel de la banque. Il a reporté tout cela sur un lampiste. Tant pis.

uchisori_81copy_zpsa91b3dfe

Peut-être que ce dont nous avons vraiment besoin est l’ancien système traditionnel japonais, où la conséquence de la prise de responsabilitéd’une fraude d’entreprise consistait à enfoncer un poignard de samouraï dans son intestin en le tournant un peu. Ils pourraient même en distribuer aux nouveaux diplômés de MBA.

Dave Lindorff est membre fondateur de ThisCantBeHappening!, un journal en ligne collectif, il a contribué aussi à Hopeless: Barack Obama and the Politics of Illusion (AK Press).

Hacker NewsWhy is there no CR1 – and why are control registers such a mess anyway?
Comments
Les CrisesLe point de bascule : analyse de la victoire de François Fillon, par Philippe Leroy

Source : Philippe Leroy, 01-12-2016

113951_0ebfd4abbad64ed8987f732ed837038emv2_d_4368_2912_s_4_2

Les primaires de la droite ont mis en évidence un phénomène électoral jusqu’ici rarement perçu lors des précédentes consultations politiques : celui du basculement très rapide d’une masse conséquente d’électeurs vers un candidat au détriment du ou des favoris.

Nous allons analyser ce mouvement à l’aune de la théorie du point de bascule énoncée par Malcom Gladwell (The Tipping Point: How Little Things Can Make a Big Difference).

Cette élection présente un caractère très particulier qui a contribué à accroître l’intensité et la rapidité de ce phénomène. Nous verrons ensuite combien la position dominante acquise à ce jour par François Fillon est nettement plus fragile que ne le laisse transparaître la série triomphante des sondages qui ont suivi sa victoire.

Le point de bascule est une théorie d’analyse de la dynamique d’influence au sein d’un groupe d’individus. Elle analyse l’intensité de diffusion d’une idée ou d’un message en fonction de trois composantes :

  1. Les déclencheurs. Ce sont des personnes d’influence qui vont accélérer la diffusion de l’idée. Ces influenceurs se divisent en trois catégories, les « connecteurs » (ceux qui maîtrisent les bons réseaux), les « mavens » (ceux qui maîtrisent l’information), « les vendeurs » (ceux qui savent convaincre).

    Les deux premiers sont nécessaires pour produire un contenu cohérent support de l’adhésion. Les derniers, les vendeurs, sont fondamentaux pour assurer la propagation d’une idée. Nous verrons que François Fillon a bénéficié, presque malgré lui, de redoutables vendeurs d’une idée qui n’était pas celle portées par les connecteurs et mavens …

  2. Le contexte. La profondeur et la rapidité de diffusion d’une idée dépend de l’évolution de l’humeur et de l’opinion des personnes concernées par celle-ci. Il suffit d’un retournement ou d’une inflexion de cette humeur, pour que l’adhérence à une idée, un concept ou une image s’effectue. Cette adhérence peut être très rapide si un ou des événements déclencheurs marquants cristallisent cette évolution.

  3. L’adhérence. Pour emporter l’adhésion, l’idée ne doit pas nécessairement être bonne, elle doit marquer les esprits, s’installer peu à peu comme une évidence, comme une solution à un problème, parfois indépendamment du contenu réel du vecteur qui porte l’idée. Si le problème apparaît très conséquent, l’adhérence peut avoir lieu, alors même que les conséquences anticipables de la victoire du vecteur qui porte l’idée sont partiellement négatives pour celui qui va y adhérer. Nous verrons combien ce cas d’adhérence à priori paradoxal a fortement joué en faveur de François Fillon (comme il l’a sans doute également fait pour Donald Trump aux USA).

Un candidat austère, un programme profondément clivant

François Fillon n’avait pas au départ les meilleurs cartes en main pour gagner la primaire. De nature austère, peu adepte des envolées lyriques, il n’est pas l’homme politique le plus empathique, ni celui à même d’emporter l’adhésion des foules lors des meetings.

De plus, l’ancien candidat à la présidence de l’UMP a longtemps pâti des séquelles désastreuses de sa confrontation avec Jean-François Coppé.

Les premiers mois de sa longue campagne ont été plus que difficiles. Longtemps, il a stagné à la troisième place, largement distancé par le duo de tête, au positionnement personnel très différencié (bien plus que leurs programmes), et menacé par le trublion Le Maire qui promettait le renouveau du haut de sa jeunesse relative et de son programme de 1000 pages.

Déjà fortement marquées lors de son passage à Matignon, les positions libérales et ‘austéritaires’ de François Fillon se sont accentuées dans ses discours et ses écrits de campagne. Sa préférence pour le capital contre le travail socialement organisé (suppression de l’ISF, allégement considérable et immédiate des charges sociales pour les employeurs, diminution de l’impôt sur les sociétés, encouragement à l’auto entreprenariat, fin des 35 heures, des emplois aidés etc.), sa volonté de « fluidification » intense du marché du travail (modalités de licenciement facilitées, plafonnement des allocations chômage, etc.), sa préférence pour l’assurance privée individuelle versus la solidarité sociale nationale (assurance publique universelle portant uniquement sur les affections graves ou de longue durée) et sa vision du rôle de l’Etat essentiellement régalien (suppression de 500000 fonctionnaires intégrant une forte augmentation des effectifs de policiers, importante création de places de prison etc.) en faisait dès le départ, un candidat clivant.

A cette dimension thatchérienne assumée, son programme ajoute un conservatisme social important, une vision de la France basée sur la valorisation de l’identité chrétienne dont la promotion devient un crédo d’importance (défense des chrétiens d’Orient, souhait de réécriture des livres d’histoire etc.).

La dernière partie de campagne va être particulièrement orientée sur ces dimensions, communication parfaitement orchestrée avec la sortie du deuxième livre du candidat, «Vaincre le terrorisme islamique » qui succède à « Faire », paru en 2015, plus porté sur la transformation économique.

Un noyau de fidèles très complémentaires

La force de ce programme tient dans sa cohérence avec la composition de l’équipe rapprochée de Fillon et sa capacité à mobiliser des réseaux pour sa production et sa diffusion.

Economiquement, Fillon s’est appuyé principalement sur deux hommes aux carnets d’adresses conséquents. François Bouvard, ancien directeur général de McKinsey et Pierre Danon qui dirigea British Telecom, Capgemini puis Numéricâble. Ce dernier permet au candidat de rencontrer des dizaines de grands patrons et ainsi d’étoffer son programme en lui donnant sa marque particulièrement droitière. C’est lui également qui redessine les modalités de campagne du candidat, notamment sur les réseaux sociaux. Naissent alors des supports WEB didactiques, centrés sur des cibles marketing (Femmes avec Fillon, Professionnels de santé avec Fillon etc.).

Ce réseau idéologiquement structuré va toutefois accroître l’ancrage socialement très homogène de la campagne de Fillon, comme l’illustre la photo ci-dessous, entête du site les Femmes avec Fillon. L’uniformité de la classe sociale, de la classe d’âge et de l’origine culturelle des supportrices du candidat est ici particulièrement marquée.

Source : https://www.fillon2017.fr/femmes-avec-fillon/

Source : https://www.fillon2017.fr/femmes-avec-fillon/

Culturellement, l’apport de Bruneau Retailleau, chef de file des républicains au Sénat, est déterminant. Ce dernier, ancien bras droit de Philippe de Villiers, est un catholique pratiquant qui possède des réseaux conséquents dans les milieux très conservateurs.

Enfin, au cœur de la galaxie Fillon, Patrick Stefanini, directeur de campagne, est un communiquant alchimiste de talent. Il a dirigé la campagne de Valérie Pécresse, lui permettant d’accéder à la tête de l’Ile-de-France en 2015. L’homme est proche d’Alain Juppé et dispose d’un carnet de contacts très étoffé, en politique, dans les agences de communication etc.

François Fillon a eu l’intelligence de s’entourer d’une équipe redoutable de « connecteurs » et de « mavens ». Par contre, les « vendeurs » ne sont pas au rendez-vous. Cela ne tient pas aux compétences avérées de son directeur de campagne, mais au produit à vendre.

Il faudra le renforcement d’un contexte bien marqué pour faire adhérer à l’image de François Fillon, une idée nouvelle, sans rapport direct avec le contenu réel de son programme.

Le contexte : les erreurs tactiques de Sarkozy et de Juppé

La qualité et l’enthousiasme de l’équipe de François Fillon ne suffisent pas. La campagne ne prend pas. Malgré la rugosité de son programme économique, celui-ci ne se différentie pas nettement de ceux des principaux candidats, tous marqués par une orthodoxie libérale très forte.

Alain Juppé, malgré son programme également très droitier, joue la carte du rassembleur, du Père de la Nation qui vise à la réconciliation, à l’identité heureuse, avec une vaste alliance de la droite et du centre. La tactique de Juppé, inspirée de la France unie de François Mitterrand, semble fonctionner à merveille pendant des mois. Elle ressort pourtant d’une erreur de positionnement et d’un effet d’optique.

Grisés par des sondages stratosphériques, Juppé a opté pour un slogan de campagne présidentielle de second tour, visant au rassemblement le plus consensuel possible.

La France de 2016 n’est pas celle de 1988. Les attentats, l’affaire du Burkini et la rixe sur la plage de Sisco en Corse ont fortement marqué le débat sur l’identité. Accoler les deux termes dans un slogan, sans promouvoir de politique nette de transformation sociale lui donnant une substance réelle, ne constituait au mieux qu’un affichage marketing sans grand effet et au pire un angle d’attaque dont ne s’est pas privé Nicolas Sarkozy.

La primaire est un exercice terriblement partisan qui privilégie les options tranchées et affirmées. La popularité instantanée dont jouissait Alain Juppé ne provenait pas de la puissance de son message ou de l’adhésion à son programme mais de la personnalité repoussoir de son principal challenger. Cette erreur de positionnement et l’effet d’optique allaient être fatals à Alain Juppé.

Compte tenu des menaces judiciaires qui pesaient sur lui et de son passif d’ancien chef de l’Etat, la tactique de Nicolas Sarkozy ne pouvait être que celle de la surenchère qui correspond d’ailleurs parfaitement à son caractère.

Le tonitruant candidat a occupé tout l’espace médiatique, avec une succession de saillies qui visaient à monopoliser le débat autour de ses propositions ou de ses sorties.

Cette surenchère particulièrement marquée sur les questions sociales et identitaires avait pour vocation de créer le clivage, de faire adhérer autour de l’ancien chef de l’Etat la partie la plus droitière de l’électorat pour faire pièce aux centristes et aux supposés électeurs de gauche votant pour Alain Juppé.

Cette tactique et notamment l’ultime polémique autour du soutien de François Bayrou ont contribué à « gauchiser » le positionnement perçu d’Alain Juppé, fragilisant ainsi le candidat favori des sondages. Elle a surtout renforcé l’effet repoussoir du candidat Sarkozy créant de facto une possibilité d’adhérence pour un candidat alternatif.

Les déclencheurs et l’effet d’adhérence : l’effet cumulatif des deux premiers débats

La dimension extraordinaire de la chevauchée fantastique de François Fillon vers la victoire tient au fait que les principaux déclencheurs de l’effet de basculement sont ses propres adversaires. François Fillon ne disposait pas de vendeurs performants dans son équipe. Il n’a pas eu besoin d’en trouver. Ces principaux concurrents ont fait pour lui, à leurs frais, la promotion d’une nouvelle idée accolée à l’ancien premier ministre, celui de l’ultime recours, symbolique particulièrement forte dans l’imaginaire des partis de droite.

Le premier débat : l’émergence de l’idée

Le premier débat de la primaire eu lieu le 13 octobre 2016. Dans sa posture de puncheur victimaire, Nicolas Sarkozy reçoit et distribue les coups. Alain Juppé contemple ses adversaires en demeurant le plus lisse et consensuel possible. François Fillon, quant à lui, détaille sur un ton calme et ferme son programme ultra libéral et conservateur. Il adopte un ton professoral et recadre les candidats sur leur programme ou la légèreté de leurs erreurs de chiffrage.

En conclusion du débat, les principaux candidats challengers (Fillon et NKM notamment) insistent sur la dictature des sondages qui prive les électeurs de leur choix et demande à la majorité silencieuse de sortir de chez elle pour voter le 20 novembre. «Vous avez la possibilité de prendre le pouvoir, alors prenez-le ! » conclue François Fillon.

Fillon a joué une corde sensible qui va se révéler gagnante : celle du complot des sondages.

Cette antienne est reprise par presque tous les candidats, à l’exception évidente d’Alain Juppé. Nicolas Sarkozy en fait même un élément majeur de campagne contre son principal adversaire, au lendemain de la victoire de Donald Trump. Malheureusement pour lui, cet argumentaire ressortait d’une erreur tactique fatale. La présidentielle américaine est une élection à un tour. Elle consiste pour le challenger à battre le prétendant le mieux placé. Cet argument prôné par un des deux favoris des sondages d’une primaire qui doit qualifier deux candidats était non seulement contradictoire mais porteur de l’idée fatale que l’inéluctabilité de la confrontation Juppé / Sarkozy n’avait pas de raison d’être.

113951_63fea4db180d42c188489e3ff301f696mv2

Sarkozy s’est trouvé être un des principaux déclencheurs de la montée en puissance de son ancien premier ministre.

Dès la fin du mois d’octobre, la côte de François Fillon progresse autour de 13 %. Elle se situe toutefois encore très loin de celle de Juppé (environ 35 à 40 %) et de Nicolas Sarkozy (environ 25 à 30%).

Ce frémissement indique clairement que les sondés considèrent que Fillon peut incarner une alternative au duo annoncé, position que lui conteste encore Bruno Le Maire qui demeure au contact (environ 10%).

Le second débat : l’encrage définitif de l’idée

Le second débat du 3 novembre 2016 va changer la donne, pour deux raisons.

La première est celle de l’effet cumulatif qui va permettre à l’idée « renverser la table des sondages », prônée par tous les challengers de Juppé de s’incarner dans la candidature de Fillon.

Lors de ce débat, Juppé et Sarkozy adoptent la même posture que précédemment.

Placé physiquement au centre des débatteurs, Sarkozy a été la cible des attaques de tous et de chacun illustrant combien un rassemblement de la droite sur son nom apparaissait improbable. Il est l’homme clivant qui cristallise l’idée du recours contre lui.

Juppé a continué de vanter l’identité heureuse et l’alliance avec le centre, toutes deux bien éloignées de l’intensité partisane qui anima la campagne de primaire très marquée à droite. Dans une réponse à une apostrophe de Sarkozy, il fait même involontairement le parallèle entre son alliance avec Bayrou et le recrutement de personnalités de gauche par Nicolas Sarkozy en 2007.

Juppé commet là une faute politique qu’il ne pourra jamais rattraper. Incapable de corriger une image perçue comme trop recentrée, sa situation va rapidement se dégrader une fois la véritable raison d’être de sa popularité, celle d’être le recours contre Sarkozy, battue en brèche par Fillon.

La seconde raison qui va propulser François Fillon est l’effondrement de Bruno Le Maire sous l’effet de ses propres imprécisions et de son incapacité à répondre aux attaques des autres challengers. Le second débat a cruellement montré la dimension marketing du candidat du « renouveau » qui n’avait que cela à proposer, alors même qu’il fut ministre pendant de longues années.

Fillon de son côté est apparu « au-dessus de la mêlée » attaquant peu les deux favoris, tançant les journalistes afin d’apparaître subtilement en homme libre de toute accointance avec l’élite médiatique et s’adressant au peuple de droite sur leurs thèmes les plus identitaires.

Dès lors, l’adhérence devient fulgurante et tous ceux qui prévoyaient de voter par défaut, contre l’un ou l’autre des favoris déclarés, rejoignent le camp du Sarthois.

Une fois la mécanique enclenchée, plus rien ne pourra l’enrayer.

Le mirage Fillon

L’incroyable scénario des primaires, déjouant des mois de prédictions constantes, n’a pas conduit les sondeurs à une plus grande prudence. François Fillon est crédité de la même victoire facile que celle constamment annoncée pour Juppé, avant le premier tour. Les sondeurs devraient avoir la modestie de regarder leurs propres prévisions suite à la victoire de François Hollande à la primaire socialiste de 2011. Victoire tout autant improbable, consécutive au vaudeville Strauss Kahn. Dans les premiers sondages post primaire, François Hollande planait à 38 % au 1er tour et à 62 % au second.

Tous les ingrédients sont réunis pour que le triomphe annoncé de Fillon ne se réalise pas ou pas aussi facilement qu’attendu.

François Fillon a été magistralement élu, grâce à l’adhérence sur sa personne d’une idée en grande partie indépendante de la réalité de son programme. En effet, les programmes étaient trop proches pour qu’une telle remontée s’explique par leurs différences relatives.

Fillon se trouve paradoxalement dans la même situation que celle initialement occupée par Juppé. Il est ancré dans un positionnement politique marqué qui lui laisse peu de possibilités de se replacer. Indépendamment du contenu réel de ses propositions, Alain Juppé n’a jamais pu se départir de son positionnement perçu comme trop favorable à la gauche et perméable au danger islamique. Il a incarné, par défaut et malgré lui, l’image de François Hollande, l’autre maudit de la politique française.

Fillon aura beaucoup de mal à endosser le rôle de rassembleur qui est celui qui permet la victoire au second tour. Son électorat est très marqué. Il est en moyenne masculin, urbain, âgé et provenant des classes supérieures. C’est l’association des petits patrons et de la France traditionnelle inquiète de la transformation culturelle du pays.  Bien qu’il s’en défende et que cela ne soit pas la raison principale de sa victoire, il est le candidat du patronat, des classes supérieures aisées.

Pour peu que ses concurrents soient un peu habiles, il pourrait facilement incarner un rejet, sur lequel une adhérence pourrait se former.

François Fillon a rassemblé presque 3 millions de voix sur son nom, ce qui représente 7,8 % des votants (y compris blancs et nuls) à l’élection présidentielle de 2012.

Son programme et sa vision de la transformation économique sont très éloignés des attentes de la majorité des français qui ne rêvent pas tous les matins d’une purge libérale. Son adhérence ponctuelle à la nécessité impérieuse de faire barrage à Nicolas Sarkozy ne lui sera plus d’aucun secours. Il peut certes espérer être le réceptacle de la volonté de sanctionner le quinquennat de François Hollande, surtout si son premier ministre se présente à l’élection. Toutefois, tous les candidats, de Mélenchon à Le Pen, peuvent tout autant espérer incarner cette adhérence.

Son positionnement très marqué et son image autoritaire réaffirmée par les débats lui offrent une emprise sur le FN. Il concurrence directement le parti de Marine Le Pen sur l’électorat conservateur du Sud Est qui a voté très largement pour lui aux deux tours de la primaire. Toutefois, le FN possède un avantage qui fait défaut à François Fillon : celui d’être un Janus au double visage, l’un tourné vers les classes populaires de la France Périphérique décrites par Christophe Guilluy, en recherche de sécurité sociale, l’autre vers la France conservatrice, inquiète d’une identité perdue. A ce jour, Marine Le Pen a réussi l’exploit de conserver et renforcer ce mélange d’électorats. Une des clés du prochain scrutin tiendra dans cette capacité à maintenir la cohérence de cet assemblage. Si les électeurs de Marion Maréchal Le Pen qui ont voté pour lui lors de cette primaire préfèrent Marine plutôt que François en mai 2017, la base électorale du candidat Les Républicains en sera encore plus réduite.

Désormais au centre des attentions, le programme de François Fillon fait l’objet de toutes les critiques, les plus virulentes provenant de la périphérie de son propre camp, la gauche restant à ce jour inaudible, engluée dans la palinodie de ce quinquennat raté.

Henry Guaino, Nicholas Dupont-Aignan et François Bayrou n’ont aucun mal à mettre en avant les dimensions destructrices du lien social qu’emporte le programme libéral de François Fillon. Sa posture nationaliste est également facilement critiquée, compte tenu de son adhésion sans grande réserve à l’édifice européen actuel.

La deuxième clé du scrutin portera sur la capacité pour la gauche d’avoir un candidat qui ne soit pas un repoussoir. La candidature de Manuel Valls pourrait engendrer cet effet qui cherchera un support pour s’incarner. Mais cela ne sera sans doute pas le seul. Le tissu citoyen est en effet parcouru d’angoisses et de fractures qui constituent un contexte propice à l’émergence d’un « moment », d’une cristallisation qui pourrait profiter à Mélenchon, à Le Pen ou à un troisième homme (ou femme) capable de synthétiser un espoir pour un vaste ensemble de classes sociales distinctes ou d’incarner un recours contre une éventualité perçue négativement.

Il est probable que le premier tout de la présidentielle soit nettement plus disputé que ne le prévoit les sondages actuels.  Compte tenu de son programme très clivant, de sa personnalité, de ses soutiens, Fillon symbolise plus l’incroyable tendance à la fragmentation de la société française qu’une promesse d’union et de réconciliation. Dans une élection classique, sa candidature est trop marquée pour emporter l’adhésion majoritaire.

Son éventuelle victoire tiendrait plus à sa capacité d’adhérence à une idée particulière, tellement forte qu’elle transcenderait les clivages et gommerait les autres dimensions.  Par exemple, celle de la volonté de préserver une identité culturelle majoritaire, vue comme bafouée par les pouvoirs en place et fragilisée par la vague migratoire. Dans ce cas, sa personnalité et son parcours lui permettraient sans doute de paraître plus crédible que Marine Le Pen.

A moins, bien évidemment, que l’élection ne se fasse encore une fois par défaut, contre la gauche d’abord, pour sanctionner un quinquennat catastrophique,  puis le FN ensuite, au nom du front “républicain” et avec une abstention massive. Avec toutes les conséquences qu’une telle élection entraînerait alors pour la France.

Source : Philippe Leroy, 01-12-2016

Hacker NewsIt's Not Cold Fusion but It's Something
Comments
Hacker NewsShow HN: Simple virtual machine, assembler, and C compiler
Comments
Hacker NewsShow HN: Simple virtual machine, assembler, and C compiler (MIT)
Comments
Hacker NewsThe Z80 has a 4 bit ALU. Here's how it works
Comments
Daring FireballInside Philippine President Rodrigo Duterte’s Brutal Antidrug Campaign

New York Times photojournalist Daniel Berehulak, who photographed 57 homicides in 35 days in the Philippines:

I have worked in 60 countries, covered wars in Iraq and Afghanistan, and spent much of 2014 living inside West Africa’s Ebola zone, a place gripped by fear and death. What I experienced in the Philippines felt like a new level of ruthlessness: police officers’ summarily shooting anyone suspected of dealing or even using drugs, vigilantes’ taking seriously Mr. Duterte’s call to “slaughter them all.”

He said in October, “You can expect 20,000 or 30,000 more.”

On Saturday, Mr. Duterte said that, in a telephone call the day before, President-elect Donald J. Trump had endorsed the brutal antidrug campaign and invited him to visit New York and Washington. “He said that, well, we are doing it as a sovereign nation, the right way,” Mr. Duterte said in a summary of the call released by his office.

Beyond those killed in official drug operations, the Philippine National Police have counted more than 3,500 unsolved homicides since July 1, turning much of the country into a macabre house of mourning.

Gruesome images, but worth looking at to see just what Donald Trump endorses.

 ★ 
Hacker NewsThe Future of DoorDash Is Turning Delivery Into a Platform
Comments
DedefensaLe grand remplacement à travers les âges

Le grand remplacement à travers les âges

On va en fâcher quelques-uns. Mais cela ne fera pas de mal de distinguer le bon grain de l'ivraie et de cesser de fantasmer inutilement, à coups de Français de souche, de beaufs du dimanche ou de Séraphin Lampion ; car la réalité ordinaire du Français est celle-là.

On va expliquer pourquoi maintenant ce culte du Français de souche nous gave, avec quelques auteurs un peu plus sûrs que Renaud Camus et les geignards de Fdesouche.com .

Sur la question de l'immigration, Benjamin Stora a certainement plus raison que tous les experts fascisants réunis. On savait tous au lycée, bien avant la propagande socialiste et mondialiste, qu'un tiers des Français avait déjà des origines métèques dans les années 70, avant la nouvelle vague migratoire.

Nous sommes métissés de grecs, d'arabes, de polonais, d'italiens - eux-même métissés depuis des millénaires avec tout ce qui traînait dans la Méditerranée ! Juvénal décrit déjà une invasion syrienne, accusant dans la satire III « l'Oronte syrien de se déverser dans le doux Tibre » (Jam pridem Syrus in Tiberim defluxit Orontes,  Et linguam, et mores...) !

Le dix-neuvième précipitant le déclin français, surtout démographique, le grand remplacement commence dès Louis-Philippe. L’industrialisation du Second Empire accélère le processus, et les guerres de Napoléon III et de la République dépeuplent la France de son élite physique et nordique.  Madison Grant souligne que la taille des appelés a baissé de quatre pouces après les guerres napoléoniennes.

Je cite cet auteur immortel, seulement concurrencé à mes yeux par Céline sur cette question. Je cite en anglais son passage d'une grande race :

« The survivors of the aristocracy, being stripped of political power and to a large extent of wealth, quickly lost their caste pride and committed class suicide by mixing their blood with inferior breeds. One of the most conspicuous features of many of the French nobility of to-day is the strength of the Levantine and Mediterranean strain in them. Being, for political reasons, ardently clerical, the nobility welcomes recruits of any racial origin, as long as they bring with them money and devotion to the Church. The loss in war of the best breeding stock through death, wounds, or absence from home has been clearly shown in France. »

Sur la dégénérescence via le catholicisme, Céline écrira :

« Propagée aux races viriles, aux races aryennes détestées, la religion de “Pierre et Paul” fit admirablement son œuvre, elle décatit en mendigots, en sous-hommes dès le berceau, les peuples soumis, les hordes enivrées de littérature christianique, lancées éperdues imbéciles, à la conquête du Saint Suaire, des hosties magiques, délaissant à jamais leurs Dieux, leurs religions exaltantes, leurs Dieux de sang, leurs Dieux de race. »

Et puis, regardant le peu ragoûtant bilan tiers-mondiste de ces missions catholiques sans les favelas latinos, africaines ou philippines, (on aime le pauvre, alors on le fabrique), Céline ajoute :

« Crime des crimes, la religion catholique fut à travers toute notre histoire, la grande proxénète, la grande métisseuse des races nobles, la grande procureuse aux pourris (avec tous les saints sacrements), l’enragée contaminatrice. »

Et il ponctue, notre grand philosophe – au marteau nietzschéen ou presque :

 « La religion catholique aura fièrement joué tout son rôle lorsque nous aurons disparu, sous les flots de l’énorme tourbe, du géant lupanar afro-asiate qui se prépare à l’horizon. »

Tout cela  bien avant Bergoglio, que certains cathos hypocrites font mine de dénoncer, alors que ce simple phénomène de foire n'est que la juste résultante d'une dégénérescence assassine, éternelle.

Il a donc fallu remplacer tout cela. On l'a fait sans effort, avec déjà des migrants ; voici ce que dit Maupassant de notre bonne ville de Marseille :

« Marseille est la ville nécessaire sur cette côte aride, qu'on dirait rongée par une lèpre. Des Arabes, des nègres, des Turcs, des Grecs, des Italiens, d'autres encore, presque nus, drapés en des loques bizarres, mangeant des nourritures sans nom, accroupis, couchés, vautrés sous la chaleur de ce ciel brûlant, rebuts de toutes les races, marqués de tous les vices, êtres errants sans famille, sans attaches au monde, sans lois, vivant au hasard du jour dans ce port immense, prêts à toutes les besognes, acceptant tous les salaires, grouillant sur le sol comme sur eux grouille la vermine, font de cette ville une sorte de fumier humain où fermente échouée là toute la pourriture de l'Orient. »

Ils votent FN aujourd’hui.

On continue ? Notre meilleur Rebatet sur la question des étrangers en 1935:

« On comptait en France, aux dernières statistiques, plus de 3 millions d’étrangers. Il y en a 420.000 environ, soit un dixième de la population, dans Paris et sa banlieue. Nous avions, il y a quelques semaines, près de cinq cent mille chômeurs, mais aussi plus de huit cent mille travailleurs étrangers, dont le nombre ne cesse d’augmenter, malgré toutes les promesses officielles. »

Comme Franco, Rebatet respecte plus les maghrébins combattants (les sidis), que les italiens. Voici ce qu'il dit des italiens, alors détestés en Amérique du Nord (lisez Grant, Ed bRoss) :

« C’est pourquoi nous devons confondre avec les plus insupportables métèques certains Italiens dont nous aurions aimé dire qu’ils n’étaient pas des étrangers chez nous. »

Et Rebatet ajoute sur la misère du monde qui se déverse déjà en France :

« Les Champs-Élysées, les boulevards de Paris sont privés de ce remue-ménage cosmopolite indispensable à leur éclat, mais dans les fêtes foraines des faubourgs grouillent nègres et mulâtres de toutes teintes, Kabyles à demi vagabonds, rouquins Juifs de Pologne, Levantins de races indéchiffrables, terrassiers italiens qui portent la faucille et le marteau à leur cravate des dimanches. Nous étions le jardin de l’Europe. Voilà que nous en devenons le dépotoir. »

Et nous sommes en 1935 ; c'est dire que le dépotoir a crû depuis, et ce bien longtemps avant le regroupement familial. C'est toujours le métèque d'hier qui feint d'être le pur race du lendemain. Les gens le savent confusément, c'est pour cela que tout le monde se laisse envahir.

On laisse Rebatet conclure, toujours avec entrain :

« Comme dans tous les cas où l’immigration n’est plus filtrée, elle nous apporte les éléments les plus débiles, les moins désirables, qui ne s’assimileront pas, ou dont l’assimilation serait déplorable pour notre sang : une horde d’indigènes livrée à elle-même, malgré tous les avertissements des grands colonisateurs, sous un climat, dans des villes où elle s’avachit, tourne rapidement à la pire racaille. »

Quant à ceux qui pensent que le bobo va se réveiller, on leur citera Drumont. Il ne se faisait pas d'illusions, en 1885, sur notre réactivité :

« L'être qui est là est un moderne, un nihiliste, il ne tient à rien ; il n'est guère plus patriote que les trois cent mille étrangers, que l'aveuglement de nos gouvernants a laissés s'entasser dans ce Paris dont ils seront les maîtres quand ils voudront ».

L'histoire de France est une mort qui dure depuis Louis XIV environ. Même au niveau des idées nous avons été décapités au siècle des lumières et du philosophe cosmopolite. La race dominée a pris sa revanche avec la république (Grant encore).

Vite avortée, une renaissance romantique bien sûr insultée par les Gaston Lagaffe de l'Action Française, réaction de haute dimension aristocratique (Chateaubriand, Tocqueville, Fustel, Gautier). Quant au Français de souche, il est une fiction naïve. Relisez mon texte sur Jules César et le grand dépeuplement de la Gaule par les Germains pour voir : car il valait mieux les envahisseurs arabes, on le sait tous grâce à Nietzsche ou Gustave Le Bon !

On laisse Borges conclure, en espagnol cette fois :

Con alivio (soulagement), con humillación, con terror, comprendió que él también era una apariencia, que otro estaba soñándolo.

DedefensaBHO et son radar-qui-ne-voyait-pas-Daesh

BHO et son radar-qui-ne-voyait-pas-Daesh

Il va sans dire qu’on prépare avec zèle et ardeur, dans la presse-Système, l’éloge sacrée et extatique du “legs du président Obama”, par contraste avec le regard méprisant sinon menaçant porté sur la prestation de serment du président Trump le 20 janvier prochain. CNN est bien placé dans cette compétition, avec son émission The Legacy of Barak Obama, qui est passée dans la soirée d’hier. Auparavant, quelques extraits en avaient été publiés, et notamment celui-ci rapporté par Breitbart.News :

« During an interview set to air on Wednesday’s CNN special, “The Legacy of Barack Obama,” an excerpt of which was aired on Wednesday’s “New Day,” President Obama answered a question on whether the rise of ISIS surprised him by saying that “The ability of ISIL to initiate major land offensives, that was not on my intelligence radar screen.” »

Cette observation concerne les capacités de l’État Islamique aussi bien que l’État Islamique lui-même qu’Obama n’a pas vu venir. (État Islamique, EI, ISIS pour les US, un des multiples masques de Daesh, lui-même masque des autres.) Cela ressemblerait à un aveu d’humilité  rajoutant encore à la gloire de l’homme par ailleurs infaillible, mais c’est plutôt une semi-accusation éventuellement venimeuse revenant implicitement mais essentiellement à mettre en cause le renseignement US et nullement BHO lui-même par lui-même. (La belle expression “on my intelligence radar screen” signifie rien de moins que l'affirmation que les fautifs sont les services adéquats qui ne lui ont pas fourni le renseignement nécessaire, eux qui alimentent ce “radar” du président.)

Il s’agit d’une interprétation outrageusement faussaire et mensongère, – qu’Obama l’ignore ou pas selon ce qu’il sait de ce qu’on fit autour de lui et en son nom. Cela met bien entendu d’autant mieux en lumière les diverses interventions du général Flynn qui commandait la DIA de 2012 à 2014 et qui avait tenté vainement de percer la “narrative impénétrable” que la Maison-Blanche d’Obama opposait à tous ses renseignements, c’est-à-dire à tous les renseignements venant des “services” et ne correspondant pas à la narrative que la garnison, que la cuirasse de communication autour de BHO opposait à toute intrusion dans le domaine sacrée, dans le palais interdit aux non-initiés. Flynn avertissait dès 2012 de la probable constitution d’une entité type-EI, avec des capacités opérationnelles considérables grâce aux aides financières, matérielles et humaines des USA et de leurs alliés.

Nous faisons ici quelques rappels des aventures de Flynn face à la forteresse, pont-levis levé, qui protégeait Obama. Au départ des révélations de Flynn, il y avait eu l’interview de Aljazeera de fin juillet 2015, dont nous nous fîmes l’écho seulement le 12 août 2015 et que, outre Sa Majesté Obama, la presse-Système ignora absolument et superbement et n’a quasiment jamais relevée depuis. (« L’interview, très longue (47 minutes) est visible sur YouTube, à la date du 31 juillet 2015. Nous serions bien en peine d’expliquer pourquoi les commentaires les plus intéressants apparaissent dans la période actuelle, dix jours plus tard, sinon par l’habituelle circonstance qui fait que la presse-Système préfère ne pas donner une trop forte publicité [pas de publicité du tout] à des déclarations mettant en cause le Système sur des points de très forte polémique. ») Le passage le plus intéressant de l’interview, sous le regard ahuri et un peu inquiet de l’interviewer Mehdi Hasan qui n’en attendait manifestement pas tant (après tout, Flynn mettait également implicitement en cause le Qatar, soutien de tous les terroristes islamiques possibles et propriétaire d’Aljazeera), était ainsi composé à partir de la transcription de RealClairPolitic (le 10 août 2015), qui reprenait l’entièreté du document d’Aljazeera où Mehdi Hasan interroge Flynn :

Hasan : «You are basically saying that even in government at the time you knew these groups were around, you saw this analysis, and you were arguing against it, but who wasn’t listening?»

Flynn : «I think the administration.»

Hasan : «So the administration turned a blind eye to your analysis?»

Hasan : «I don’t know that they turned a blind eye, I think it was a decision. I think it was a willful decision.»

Hasan : «A willful decision to support an insurgency that had Salafists, Al Qaeda and the Muslim Brotherhood?»

Hasan : «It was a willful decision to do what they’re doing.»

Ce même texte du 12 août 2015 précisait que d’autres documents de la DIA “déclassifiés” de 2012 annonçaient la formation de l’IS avec ses capacités qui ne figurèrent pas sur l’intelligence radar screen du président. Le cas de Flynn est important surtout parce qu’il intervint personnellement et à plusieurs reprises pour faire parvenir ses notes sur cette affaire au président Obama en personne (il ne le rencontra jamais), et qu’il trouva le pont-levis éternellement levé.

« ... Aussi, le véritable intérêt de l’intervention du Général Flynn est sans aucun doute de détailler le comportement de l’administration par rapport aux informations et aux analyses que la DIA lui faisait parvenir. Il apparaît que l’administration était toute entière braquée sur un seul but, d’ailleurs comme la plupart des pays alliés du bloc BAO engagés dans la crise syrienne, qui était la liquidation du régime syrien, et plus précisément la liquidation d’Assad. Il ne s’agit même pas d’un but stratégique ou de tout autre type, mais d’une décision suivant des actes de communication massifs (on le vit notamment aux diverses et grotesques performances de notre ministre français des affaires étrangères), impliquant une sorte de vendetta à partir d’une logique relevant toute entière de ce que nous avons nommé depuis déterminisme-narrativiste. Flynn indique bien qu’il n’y avait aucun plan stratégique, aucun “complot” d’aucune sorte, devant une perspective que la DIA annonçait, sans grand mérite d’ailleurs, comme évidemment catastrophique. La communication primait tout, et la communication c’était le président Obama ayant publiquement et personnellement dénoncé Assad, parfois dans des termes s’apparentant justement à une situation de vendetta de la part d’un gangster, et donc il fallait tout faire pour “avoir la peau” d’Assad. »

C’est le 21 décembre 2015, dans un long article de Seymour Hersh, que l’“affaire Flynn” reçut quelques développements et précisions supplémentaires, et qu’apparut notamment l’expression immortelle de “narrative impénétrable”. On voit bien que cette bataille entre Obama & les siens d’une part, et les échos inopportuns de la vérité-de-situation d’autre part, se livra toute entière sur le terrain du système de la communication, une fois encore confirmé comme champ de bataille essentiel sinon exclusif de notre époque. L’épisode met en évidence qu’il ne s’agit pas simplement de négligences ou d’insuffisance, mais de volonté délibérée, de complète conscience de l’enjeu, de détermination de la destruction de l’“ennemi” sous la forme des informations qu’il voulait transmettre. Il s’agit bien d’une bataille où il est question de destruction (et d’un départ anticipé de Flynn, en 2014, un an avant son terme, pour une conduite que l’équipe Obama devait considérer comme une insubordination, sinon une trahison).

« L’on apprend [dans l’article de Hersh], sans trop de surprise, que le départ de Flynn en 2014 [...] constituait une forme de “purge” contre cet officier général un peu trop insistant pour tenter de faire franchir à ses informations sur la folie de la non-politique syrienne US cette “narrative impénétrable” érigée comme une bulle à l’épreuve de toutes les vérités-de-situation autour de Sa-Grandeur BHO. [...] Hersh cite Pat Lang (ancien de la DIA, éditeur du site Sic Semper Tyrannis [SST]) et Flynn lui-même, – personnage au langage significatif et imagé comme cela nous convient puisqu’en arrivant à la DIA, il était décidé à tenter de réformer profondément cette agence, et non pas “simplement de déplacer les fauteuils sur le pont du Titanic...” Belle image et salut au général Flynn.

» “Flynn déclencha la colère de la Maison-Blanche en insistant pour leur communiquer la vérité à propos de la Syrie”, dit Patrick Lang... [...] “Il pensait que la vérité était le meilleur argument possible et ils se sont débarrassés de lui. Mais il ne se taira pas.” Flynn me dit [à Hersh] que ses problèmes allaient bien au-delà de la Syrie. “Je voulais tout changer à la DIA, – et pas seulement déplacer les fauteuils sur le pont du Titanic. C’étaient des réformes radicales. Je sentais bien que la direction civile ne voulait pas qu’on lui dise la vérité. J’ai souffert à cause de ça mais tout va bien pour moi...” »

 

Mis en ligne le 8 décembre 2016 à 06H49

DedefensaEloge de Rohrabacher ?

Eloge de Rohrabacher ?

Nous avons déjà parlé de Dana Rohrabacher pour le poste de secrétaire d’État de l’administration Trump mais, même si nous le faisions avec une certaine faveur il a certainement été très peu mentionné chez les nombreux experts et connaisseurs de Washington D.C. qui prennent bien l’attention à se recopier les uns les autres comme se reproduisent les lapins... Ainsi, Romney et Petraeus, qui sont des gens sérieux dans le circuit de la presse-Système et des connaisseurs qui vont avec, étaient bien nommés cent fois dans une multitude d’articles alors que Rohrabacher l’était à peine une fois. Il faut dire qu’il s’agit d’un original, assez suspect puisqu’ami des Russes, et l’un des extrêmement rares parlementaires du Congrès à avoir soutenu le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Mais voilà que Rohrabacher réapparaît parmi les possibles secrétaires d’État, et cette fois en tête de liste semble-t-il. Le site Breitbart.News ne manque pas une occasion de publier sur lui, ce qui est une indication sérieuse dans la mesure où le directeur du site, Steve Bannon, est passé à la tête de la campagne Trump puis au poste très influent de conseiller stratégique du président-élu ; les liens restant évidemment constant, il est certain que l’intérêt très particulier de Breitbart.News pour Rohrabacher rencontre l’opinion de Bannon, ce qui constitue un puissant appui pour le parlementaire de la Californie (depuis 1988 à la Chambre). Il y a également, d’une façon extrêmement révélatrice,  ce texte du 6 décembre de Justin Raimondo que nous reproduisons ci-dessous ; Raimondo, chroniqueur principal de Antiwar.com, consacre sa tribune bihebdomadaire à ce seul sujet de Rohrabacher, renvoyant notamment à une nouvelle du Washington Examiner du 3 décembre à ce sujet. Le Washington Examiner est en général bien informé, il annonce effectivement, comme “nouvelle fraîche” (et d’ailleurs jamais évoquée auparavant quant à son contenu), que Rohrabacher est désormais une sorte de “favori”, et cela consolidant le reste.

On ajoutera enfin une appréciation qui va dans le même sens, qui ressort d’une interview de l’ancien diplomate US Jim Jatras, donnée à RT hier ; estimant que la situation syrienne arrive à un tournant avec la conquête d’Alep eh train de s’achever, Jatras observe qu’il faut maintenant une vigoureuse coopération entre les USA, la Russie, Assad, etc. Selon lui, et cela dit en se référant à la bureaucratie du département d’État qu’il juge absolument dévorante si une “personnalité prestigieuse“ (establishment) courante est choisie, seule une personnalité comme Rohrabacher, placé sur la short list des candidats au poste, est capable de se placer dans cette dynamique en raison de ses excellentes relations avec les Russes autant que l'absence de liens avec la bureaucratie du ministère et tous ses divers satellites extérieurs (think tanks, experts, etc). Jatras juge Rohrabacher assez indépendant, avec une opinion qui lui est suffisamment propre, pour avoir le caractère et l’énergie de contrôler et de prendre en main la politique extérieure US, notamment dans l’imbroglio syrien, pour le mener à bon port selon les vœux du président, qui veut absolument « liquider le problème syrien sur la base d’une entente avec les Russes ».

(On émettra tout de même un bémol sur la nouvelle de la position de favori de Rohrabacher, qui tient de la situation souvent très originale que crée la façon dont fonctionne la communication où n’existe plus aucune situation objective mais une bataille de narrative conduisant le commentateur à une constante bataille pour déterminer des vérité-de-situation. La nouvelle référencée annonce bien la position de Rohrabacher mais précise que ce qui semble une alternative est considérée : Rohrabacher avec John Bolton comme n°2 au département d’État, ou bien même Bolton comme secrétaire d’État [avec Rohrabacher comme n°2 ?] : « The Trump cabinet executive committee is also eyeing long-time Republican diplomat John Bolton as deputy secretary of State, though there are some who prefer him in the top job. » Ces vaticinations qui remettraient Bolton en piste, plus au moins en équipe avec Rohrabacher, relèvent effectivement d’une sorte de surréalisme pur si l’on considère la chose en tant que telle, – ou alors il s’agirait d’une construction extrêmement originale jusqu’à l’aventurismen de la part de The-Donald ou de l'imagination de tel ou tel journaliste, tant on peut difficilement imaginer d’orientations plus différentes que celles de ces deux personnages sur le point essentiel des relations avec la Russie. On en restera là pour cet aparté, qui se réfère à trop de variables mais permet bien d’apprécier combien la communication autour de l’équipe Trump est l’objet d’incertitudes et d’interférences remarquables, – tout en rappelant néanmoins qu’un Bolton-secrétaire d’État reste une option très aventureuse du fait de l’opposition affirmée du sénateur Rand Paul à sa nomination.)

Quels sont les traits de caractère principaux de Rohrabacher ? Il est indiscutablement un original, une personnalité qui détonne parmi le format-standard des politiciens et diplomates-Système, et cela constitue un aspect important. (Raimondo donne un rapide aperçu de sa carrière autant que de ses activités avant d’aller au Congrès qui permettent effectivement de faire de lui un “original”.) De ce point de vue du caractère, il se rapproche indiscutablement d’un Trump et entre dans une galerie de personnages originaux ou atypiques qui va bien avec l’image qu’on a de Trump. D’un autre point de vue, celui de ses options politiques, il en est également assez proche, et l’on rencontre chez lui les mêmes tendances à la fois “libératrices“, à la fois “obsessionnelles“ qu’on trouve chez Trump : sa politique extrêmement pro-russe et son obsession antichinoise et anti-iranienne. Rohrabacher est notamment, et très originalement, partisan d’une “alliancd” entre l’Inde, le Japon, la Russie et les USA, face à la Chine et pour contenir la Chine. La démarche ne manque ni du piquant ni d’originalité, dans les circonstances générales qu’on connaît. Également, il y a son hostilité à l’Iran, qui semble un tic obsessionnel courant chez les “trumpistes”, même chez ceux qui ont la meilleure politique étrangère possible dans d’autres domaines... On verra ce qu’il restera de cette obsession lorsqu’on entrera dans le vif du sujet de la politique étrangère libérée des actuels freins de l’imbroglio intérieur. D'une façon plus générale Rohrabacher est opposé à la politique de regime change, ce qui rencontre deux nouvelles réaffirmations publiques récente de Trump dans ce sens, le 2 décembre et le 7 décembre (à Fayetville), lors de sa “tournée de remerciements” au travers des USA.

Quoi qu’il en soit de toutes ces observations de politique, et dans la mesure où cette réflexion jusqu’ici peut s’avérer instantanément sans réelle raison d’être si tout à l’heure dans cette journée du 8 décembre, un autre que Rohrabacher était désigné, il reste un enseignement général qui n’est pas sans importance. S’il est désigné à ce poste d’un prestige si grand, sans nul doute le premier poste de prestige d’une administration (d’où son titre : secrétariat d’État et non secrétariat des affaires étrangères ou des relations extérieures), Rohrabacher sera, de loin, par son passé, par ses prises de position, par son image très particulière, par son isolement à la Chambre en raison de ses votes si inhabituels, de sa personnalité si en-dehors des normes washingtoniennes, un symbole très puissant d’une administration qui veut sembler rompre les ponts avec l’establishment. En la matière, c’est-à-dire en termes de communication et de symbolisme il constituera une rupture complète avec la pseudo-“tradition”de l’establishment.

En effet, aucun secrétaire d’État ne sortirait aussi complètement des sentiers battus des universités habituelles, des associations qui vont bien (en général globalistes) des fonctions d’expert, de diplomate officieux proches des directions-Système, des grands cercles d’affaire ou des banquiers de Wall Street, qui ont constitué jusqu’ici le troupeau inévitable du recrutement des secrétaire d’État. (D’ailleurs, avec d’excellents jusqu’à d’exécrables, les Marshall, Acheson, Dulles, Rusk, Rogers, Kissinger, Vance, Schultz, Baker, Albright, Powell, Rice, Clinton, Kerry...) Rien que pour cette raison, The-Donald devrait y penser, nous l’y engageons fermement (et, selon nos vœux secrets, il devrait lui adjoindre au poste n°2, notre favorite Gabbard). S’il fait cela, il sera beaucoup pardonné à Trump par ailleurs... S’il le fait...

Bref, tout cela ne garantirait en rien de ce que qu’accomplirait Rohrabacher s’il était nommé, mais sa nomination elle-même serait certtanement un acte politique intéressant, qui aurait une réelle résonnance. Ci-dessous, voici donc le texte de Justin Raimondo du 6 décembre, sur antiwar.com.

dedefensa.org

(Mis en ligne le 8 décembre 2016 à 11H58)

______________________

 

 

Dana Rohrabacher for Secretary of State?

President-elect Donald Trump’s cabinet picks continue to be the focus of those looking for portents of what is to come, and the main source of speculation is over the position of Secretary of State. After giving Trump supporters quite a scare with indications that he just might pick none other than Mitt Romney, it looks like the subsequent outcry – including from campaign manager Kellyanne Conway, who went public with her opposition – deterred Trump, and it’s rumored that Rep. Dana Rohrabacher is now favored to win the prize. (Although don’t bet the farm on it.)

Rumor also has it that Rohrabacher was offered the deputy Secretary of State position, with the odious John Bolton in the top position, but that Dana refused on the grounds that Bolton’s foreign policy views are in many ways the exact opposite of Trump’s (and his own).

Rohrabacher’s political career is really quite a story. Here is someone who went from being a follower of Bob LeFevre, a pacifist libertarian, to a militant Reaganite who championed the cause of the Afghan mujahideen during the 1980s. As a young libertarian, he was a kind of troubadour, who took his guitar and his ultra-sectarian brand of libertarianism all across California, carrying the LeFevrian message of “autarchy” (i.e. market anarchism mixed with intransigent pacifism) to all who would listen. (Another disciple of LeFevre around this time was Charles Koch.)

A founder of one of the earliest libertarian organizations that fueled the growth of the libertarian movement in the 1960s, the California Libertarian Alliance, Rohrabacher was a veteran of the internecine wars on the right that sundered Young Americans for Freedom (YAF), the conservative youth group, into libertarian and Buckleyite factions. Rohrabacher was a leading light of YAF’s Libertarian Caucus, along with his good friend, Don Ernsberger. Ernsberger, who was for years a member of the Libertarian Party National Committee, went on to become Rohrabacher’s deputy chief of staff in Congress. But before making it to Washington as a legislator, Rohrabaher worked in the media relations office of Reagan’s 1976 campaign, and then in the press office of the Reagan White House, where he became a speechwriter for the President. The speech in which Reagan announced his “Reagan Doctrine” is attributed to him.

After two failed attempts to get elected to Congress, he finally made it in 1988. and he has represented California’s 48th district (Orange County) ever since. He serves on the Foreign Affairs and the Space and Technology Committees, and his notable positions have been his advocacy of US withdrawal from Afghanistan, a vote against the 2012 Defense Authorization Act on the grounds that it gave the government the power to detain Americans as well as non-citizens indefinitely, and a vote for the Iraq war which he later came to regret as a “mistake.”

Eccentric, eclectic, and high energy, Rohrabacher, who supported Ted Cruz in the GOP primaries, has a Trumpian air about him: this is someone who personally traveled to Afghanistan during the 1980s to stand with the Afghan rebels, and his “regular guy” persona limns Trump’s to a great degree. Their foreign policy views are certainly simpatico: like Trump, Rohrabacher wonders aloud why the media and the political class have gone on an anti-Russian jihad. For this he has been excoriated by Politico, and the usual neocon warmongers. He supports the right of the Crimean people to determine their own fate – a position that puts him at odds with the vocal Ukrainian lobby – and he has correctly said that the Russo-Georgian war was started by Georgian strongman Mikhail Saakashvili. “The cold war is over,” he has said. “Putin is not Satan.”

If he is nominated, Rohrabacher will run into the Senate’s vocal Russophobes, which now includes all the Democrats as well as a small but intense group of Republicans like John McCain and Lindsey Graham – not coincidentally, two of the loudest NeverTrumpers in Washington.

Rohrabacher’s foreign policy views have changed since the heyday of Reaganism, when he was a vocal advocate of US intervention in the name of exporting “freedom.” Today he is, roughly, a hard-headed “realist,” in the sense that foreign policy maven John Mearsheimer is: the US faces no real threats from either Russia or the Middle East and should downsize its activities in Europe and the Mediterranean and forge an alliance with Russia, India, and Japan to maintain the peace.

From a noninterventionist perspective, Rohrabacher is the best choice of those reportedly in the running, with this caveat: “realism” is not the same as non-interventionism. It depends on the context. In the present context – escalating tensions with Russia, deepening US involvement in Iraq and Syria, and the hegemonic pretensions of our political class – they are our allies. However, they are what I would call “Asialationists,” i.e. they, like Mearsheimer, see China as a rising threat, and their proposed “pivot” to Asia – which was announced but never really implemented by the Obama administration – spells possible trouble ahead.

Which just goes to show that our job, as opponents of empire, is never really done. Antiwar.com is more necessary than ever. Don’t be lulled by Donald Trump’s promises to stop engaging in what he calls “unnecessary wars” – because eventually we’re bound to confront a situation where war in some foreign hellhole is supposedly “necessary.” Just the other day, Trump made a speech in Ohio, where he said:

“We will pursue a new foreign policy that finally learns from the mistakes of the past. We will stop looking to topple regimes and overthrow governments. Our goal is stability not chaos. In our dealings with other countries we will seek shared interests wherever possible and pursue a new era of peace, understanding, and good will.”

Sounds good, but as another US President whose election augured a new era put it: Trust, but verify.

Justin Raimondo

Planet IntertwinglyDigital Asset Management Reading List Dec. 2016: Taxonomy, Hoarding, Innovation
Digital Asset Management Reading List Dec. 2016: Taxonomy, Hoarding, Innovation Here’s the last month’s Digital Asset Management articles which had a lasting impression on me – picked from the constant stream of blog posts you can see float by on Planet DAM. Taxonomy is a common theme this month: Taxonomy, Metadata, Tags and Controlled Vocabularies, an excerpt from David Diamond’s book, serves as a good introduction, as well as Christopher Gibbs’ Understanding taxonomy and metadata. Laura Fu has some advice on how to set up a DAM taxonomy. See also Ralph Windsor on Enterprise Taxonomy Management. Ian Matzen reminds us not to be a Digital Asset Hoarder, while Peter Krogh recommends keeping everything. Whose side are you on? Theresa Regli and Tony Byrne are having a half-hour fireside chat on the evolution of the DAM marketplace. In an article triggered by a new Brandworkz UI, Ralph Windsor feels that DAM vendors are running out of fresh ideas. But there’s potential for innovation to be seen in the webinar recording Semantic/Graph DataBases and the Evolution of DAM (featuring Censhare). And Nuxeo does interesting work – there’s an interview with Nuxeo CEO Eric Barroca. Good stuff for DAM practitioners: Emily Kolvitz helps us track DAM engagement the right way. Deb Fanslow introduces the DAM Directory guide to DAM metadata standards. Henrik de Gyor has literally written the book on Rights Management in 2016. And Stuart Myles shares what’s going on within the IPTC, an important DAM standards organization. The DAM community has so many interesting people! There’s wise words from Meghan Walsh (with a response from Ralph Windsor), and an impressive interview with Melissa Pauna. The most fun article about the DAM LA conference was written by Beth Goldstein who wasn’t even there. DAM system screencast/screenshot fans, check out the new Brandworkz UI, the Asset Bank WordPress and Drupal integration, the Picturepark WordPress connector, Elvis bulk import features, Brandfolder UI customization, a ResourceSpace demo, and new MerlinOne features. Enjoy the holidays; the DAM reading list will be back in January! Wed, 07 Dec 2016 22:56:00 +0000
Hacker NewsWinFsp – FUSE for Windows – FASTER Than NTFS and 1.5 to 9x FASTER Than Dokany
Comments
Planet IntertwinglyIBM Informix on Cloud
I wanted to highlight some exciting news that was announced this past October: IBM Informix on Cloud. IBM Informix on Cloud is a hosted cloud offering where you get a pre-configured Advanced Enterprise Edition Informix server on a SoftLayer machine. After the instance is deployed and configured, you get complete control over the instance and the system. This hosted offering provides you the full features of an on-premise Informix instance without the cost, complexity, and risk of managing your own infrastructure. Some potential uses of IBM Informix on Cloud : Quickly scale out your Informix deployment for additional capacity and increased data availability Rapid deployment of development and test instances with no up front capital expense Easily test out the new functionality of the latest 12.10 release of the Informix database server in the cloud without impacting your existing systems To find out more information about IBM Informix on Cloud: Check out the offering in the Bluemix catalog Read more details and instructions on how to get started in the documentation Review a detailed presentation on the offering by Chetan Chaturvedi and Nicholas Geib
Daring FireballPebble Is Shutting Down After Fitbit Acquisition

Pebble:

  • Pebble is no longer promoting, manufacturing, or selling any devices.
  • Pebble devices will continue to work as normal. No immediate changes to the Pebble user experience will happen at this time.
  • Pebble functionality or service quality may be reduced in the future.

Rough ending.

I love the idea of a plucky startup creating their own hardware platform, but Pebble was a dud. The first model was, perhaps, a decent proof of concept. I couldn’t stand it, personally, but I know a few people who wore it. The best feature was getting notifications on your wrist, but I found the way it vibrated to be unpleasant. Their e-ink displays were great for battery life, but terrible in every other regard.

But their follow-up models just weren’t big enough improvements. The Pebble Steel was a complete waste of the company’s time — their problem was that their technology wasn’t good enough, not that they didn’t look enough like traditional watches.

 ★ 
Hacker News1 Patient, 7 Tumors and 100B Cells Equal 1 Striking Recovery
Comments
Hacker NewsUnique visual stimulation may be new treatment for Alzheimer’s
Comments
Hacker NewsGoogle: FIDO keys are more secure, easier to use, and more affordable than OTP
Comments
Planet IntertwinglyTechnote and Q&A session about "Securing connections for IBM Traveler mobile applications"
As described in technote 1989980, in the coming months, IBM will be enhancing the IBM Verse for iOS, IBM Verse for Android, IBM Notes Traveler Companion and IBM Notes Traveler To Do mobile apps to require that a secure connection be used between the mobile app and the endpoint used for connecting to the IBM Traveler server.  Join us this Tuesday, Dec 13th at 11 AM EST for a Q&A session where you'll have opportunity to have any questions and concerns about this topic addressed by Traveler Development and Support. You can find dial-in and Web conference access details at the following link Ask the Experts Q&A: Securing connections for IBM Traveler mobile applications - 13 December 2016   Some of the questions that will be addressed include: Is January 1, 2017 a hard deadline? What if my company can't make the deadline? Do we need to make our Traveler server secured as well if we are using a proxy server in front of our Traveler server? or MDM? What is the minimum cipher that we can enable to make a successful connection? Is TLS1.2 protocol the only one allowed? What about devices that do not yet support TLS1.2 (e.g BlackBerry devices)? How can we test out any upcoming mobile app changes prior to them going live for all users? Will the iOS built-in mail app (aka Traveler profile or Exchange Account) be affected by this change?
Hacker NewsOAuth vs. SAML vs. OpenID Connect
Comments
Daring FireballBluetooth 5 Spec Approved

Jon Fingas, writing for Engadget:

Bluetooth is about to become a lot less hassle-prone. The wireless standard’s Special Interest Group has officially adopted the Bluetooth 5 spec, clearing the way for device makers to use the much-improved technology in everything from phones to wearables to smart home equipment. This doesn’t mean that you’ll see it right away, of course. The group expects Bluetooth 5-equipped products to hit the market in the next 2 to 6 months, or right around when the next wave of smartphones is likely to arrive.

Yours truly, one year ago:

“Next year it will work great” should be the motto of Bluetooth.

 ★ 
Hacker NewsIntroducing review requests
Comments
Planet IntertwinglyHow IBM Connections helped us select our 2017 Champions
I'd like to take a few minutes to thank all of the IBMers who helped to choose our 2017 ICS Champions! And I'd also like to give you a behind the scenes account of our process. We used a Connections community to facilitate our task, which took us from our previous 6 - 8 week selection period, down to three weeks (including a major US holiday)!   That's a significant time savings, but also using this method, we were able to expand the scope of the selection committee to include a broader range of IBMers from all over the company.   Those who filled out the IBM Champion nomination form know that it's very detailed. (Side note: we do appreciate your patience and dedication to filling that out, and I hope this blog post will illuminate why it's necessary). So we have a large amount of data. Over 630 nominations with over 170 unique nominees. In the past, we've passed around a spreadsheet and asked those on the selection committee to research. This limited us to a small number of IBMers on the selection committee so that it was manageable.   This time, I pulled all of the unique nominees into an Ideation Blog in a dedicated IBM Champion selection community on Connections Cloud.   Each nominee had their own entry in the Ideation blog, complete with all of the nomination data received for that nominee. Including twitter handles, blog links, YouTube, and a listing from various people about their contributions. Over 70 IBMers were invited to review, validate contributions, and post their comments  Ideation Blog. Where an IBMer was listed as a reference, that IBMer was invited to vote, comment, and support your nomination. Over 1,300 votes were cast!   Naturally, those most visible in the community rose to the top of the ranks, and that showed us the natural choices, or what I fondly refer to as the "low hanging fruit". We graduated the blogs that we all agreed were a yes so that we could stop talking about them and focus on those remaining. We also identified some rising stars in the community who might be not as well known, but are solid contributors and deserve recognition. I'm happy to report that we have over 40 new IBM Champions for 2017!   We used a combination of forum posts, blog comments, and meetings to go over the list. Having difficult discussions about some, and coming to a consensus as a group. We held 3 calls. (Down from 6 or more from previous years). In each call we focused on the task at hand, discussing all of the comments, identifying those who should be given a chance to shine. The were between 15 and 20 IBMers on each of the calls, from all areas of ICS, at all levels, and from all regions. Those who couldn't make the call were represented via blog comments.   What we ended up with, we feel, is a solid list from around the world, and a new Lifetime Champion! (I'm not revealing who it is yet, but rest assured, you'll agree that it's well deserved!).    I hope to send status emails to each nominee and make the announcements next week. Currently pending approval from ICS leadership.   Here are some stats about the nominations that you might find interesting:   Region Percentage of nominees Africa 2 Asia 4 Australia 5 Europe 52 Latin America 3 North America 33 Grand Total 100%        
Hacker NewsData Science Tutorial: Introduction to K-means Clustering
Comments
Hacker NewsPublishing an Amazon Echo Skill
Comments
Hacker NewsCaptain401 (YC S15) is hiring engineers to help solve the retirement crisis
Comments
Hacker NewsAvremu: An AVR Emulator Written in Pure LaTeX
Comments
Ars TechnicaLawyers who sued Uber over service animals will get $2.38M fee award

Enlarge (credit: JACQUES DEMARTHON/AFP/Getty Images)

A lawsuit accusing ride-hailing service Uber of not properly serving blind customers has been resolved, with the federal judge who oversaw the case giving final approval to a settlement and fee award yesterday.

The National Federation for the Blind sued Uber in 2014, saying drivers would frequently refuse to pick up riders who used service animals, violating the Americans with Disabilities Act. In April, the NFB and Uber reached a deal in which Uber would send reminders to drivers, using e-mail and popups, reminding them of their obligation to accept service animals. Uber also agreed to pay $225,000 so that the NFB could have blind riders test Uber.

But while Uber and the NFB were able to agree on the terms of the deal, a fight over legal fees dragged on. Lawyers representing the NFB asked for more than $3 million in fees, enhanced by a multiplier of 2.0. In their fees motion (PDF), the lawyers argued the sum was justified, since the litigation addressed several novel issues—including whether a transportation network like Uber is a "place of public accommodation" subject to the ADA.

Read 6 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsPet Containers: You’re Not Doing It Wrong
Comments
Planet IntertwinglyConsumir un servicio Web desde cobol en sistemas ibm i (AS/400)
Les comparto este nuevo artículo  donde se explica como invocar un servicio web desde COBOL en sistemas IBM i (AS/400). Utilice un sistema con versión 7.2, sin embargo, debería funcionar en 7.1 también.  https://notasinformaticaspararecordar.blogspot.com/2016/11/consumir-un-servicio-web-desde-cobol-en.html Espero les sea de utilidad.  
Hacker NewsThe end of privacy as I knew it
Comments
Hacker NewsAmericans Are Paying Apple Millions to Shelter Overseas Profits
Comments
Ars TechnicaAT&T CEO defends Time Warner merger from critics in Congress

AT&T CEO Randall Stephenson. (credit: AT&T)

AT&T CEO Randall Stephenson spoke at a Senate antitrust subcommittee hearing today about his company’s proposed $85.4 billion purchase of Time Warner and denied that the merger will bring any harm to customers or competitors.

Senators and witnesses at the hearing said AT&T and Time Warner combined might restrict valuable programming such as HBO to AT&T’s TV services or charge rival TV providers a higher price to carry it. They also discussed AT&T’s zero-rating, which exempts the company’s own video content from mobile data caps while requiring online video providers to pay for the same data cap exemptions.

Merger concerns boil down to AT&T controlling both distribution and video content instead of one or the other. AT&T is already one of the country’s largest providers of home and mobile Internet service, and it's the largest cable or satellite TV provider thanks to its acquisition of DirecTV last year. AT&T controls distribution of video by operating these Internet and TV services.

Read 26 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsIntel x86 documentation has more pages than the 6502 has transistors
Comments
Hacker NewsLaunchaco – Beautiful free product websites (licensed under CC0)
Comments
Hacker NewsFoxconn Confirms Plans for U.S. Investment
Comments
Planet IntertwinglyMultiCloud OpenWhisk: Creating Serverless...
MultiCloud OpenWhisk: Creating Serverless Applications using #Node-RED and #OpenWhiskMultiCloud OpenWhisk: Creating Serverless...IBM Technical Rock Star Program
Hacker News“Exhalation” by Ted Chiang (2008)
Comments
Planet IntertwinglyIBM Spectrum Control V5.2.12 Pearls in the documentation
V5.2.12 of IBM Spectrum Control is jam packed with new features, including new reports, enhanced hybrid cloud monitoring, and more device support. What do these features do? How can they help you monitor and manage your storage? There is a lot to take in with this release, and the IBM Knowledge Center is here to help. In the continuing blog series of "pearls in the Spectrum Control documentation", I'll highlight some of the new information that we've added for 5.2.12, and some existing topics that you might not be aware of but could find useful.   What's new in 5.2.12? The what's new topic provides a quick overview of all the new features that were added in 5.2.12. Screenshots are included in the topic to illustrate the features, and links to more detailed topics are provided in case you want to learn more. Pro tip: You can also learn about what's new directly in the GUI by clicking the help icon in the upper right of the main window and selecting the "What's New" option:     What was new in previous releases? Do you want to see a summary of all the changes in previous releases of Spectrum Control, at a glance? Check out the new topic Summary of changes for IBM Spectrum Control.     Understanding the units of measurement in Spectrum Control Spectrum Control uses decimal and binary units of measurement to express the size of storage data.  Decimal units such as kilobyte (KB), megabyte (MB), and gigabyte (GB) are commonly used to express the size of data. Binary units of measurement include kibibyte (KiB), mebibyte (MiB), and gibibyte (GiB). For more information about how these units of measurement compare, check out Units of measurement in Spectrum Control.     Getting storage information through the REST APl The REST API provides with you with programmatic access to the extensive information that Spectrum Controls collects about your resources. You can access that information easily through the API by using a command line utility or plugging a URL into a web browser. What you do with that information is up to you. A common practice is to extract the specific information that you care about and include it in custom configuration, capacity, and performance reports that are tailored for your organization. Learn more about the IBM Spectrum Control REST API in the Knowledge Center.     Viewing the capacity of external storage Your storage is valuable. Tracking the storage that you have, and determining the storage that you'll need in the future, is key in keeping your applications online and your services uninterrupted. In many environments, that storage is distributed across multiple storage systems, data centers, geographies, and now with IBM Spectrum Scale's Transparent Cloud Tiering (TCT), it can even be tiered (or mirrored) to external cloud object storage (public, private, or on-premises) . In Spectrum Control 5.2.12, you can view the used space in external storage to understand how much data is being migrated from Spectrum Scale file systems to that external storage.  For external storage that is provided by IBM® Cloud Object Storage, you can also view capacity information, including the percentage of space that is being used. Learn how to view the capacity of external storage in Spectrum Control.     Upgrading in a nutshell Upgrading to a new release of Spectrum Control doesn't have to be a difficult experience, or result in unforeseen problems, right? But people are often anxious about figuring out, and running through, the upgrade process. To help address this potential anxiety, we've streamlined and consolidated the upgrade instructions in the Knowledge Center. Check out the revised upgrade instructions.     Viewing and sharing easy-to-read reports about your storage Do you need to see the capacity, and cost of that capacity, for all the applications, departments, hypervisors, and physical servers in your storage environment in one, easy-to-read report? Do you want to create reports that show the block capacity and cost of the block capacity for a single storage consumer? In 5.2.12, you can do just that. Check out the topics for creating chargeback reports and consumer reports for more information.     Getting help Getting help and contacting IBM support shouldn't be difficult when you run into problems. With the updates to Contacting IBM Software Support information in the Knowledge Center, learning how to get that help is easier than ever before. You now have a central location that explains how to get help when you need it, including DIY troubleshooting tips for solving problems on your own.     Joining the conversation Be social! Join the conversation at #IBMStorage and #softwaredefinedstorage. We are always striving to improve the information that we deliver, and how we deliver it. At the bottom of every page in IBM Knowledge Center is a "Feedback" link. Please use this link to reach out to us and help influence the information experience. For continuing news about the documentation for IBM Spectrum Control and IBM Storage Insights, follow me on or Twitter @chris_tking.  
Ars TechnicaTrump taps Oklahoma attorney general, friend to fossil fuels, to run EPA

Enlarge (credit: Gage Skidmore)

President-elect Donald Trump made his choice for administrator of the Environmental Protection Agency today, and that choice is fossil-fuel-friendly Oklahoma Attorney General Scott Pruitt.

Pruitt was trained as a lawyer before becoming a state senator in 1998 and attorney general in 2011. As attorney general, Pruitt was an active opponent of the EPA. In 2013, he testified before the House Energy and Commerce Committee that he felt the EPA was overstepping its authority in pursuit of an “anti-fossil fuel agenda.”

He has unsuccessfully pursued legal challenges against an EPA decision forcing Oklahoma to apply stricter haze pollution standards to two coal power plants, cross-state pollution rules, standards for mercury emissions, the 2015 clarification of water bodies covered by the Clean Water Act, and the Obama administration’s Clean Power Plan that would limit greenhouse gas emissions. He also filed a lawsuit against the Department of the Interior and the Fish and Wildlife Service alleging collusion with environmental groups who had themselves sued to force protection of endangered species.

Read 4 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsAsk HN: What’s the best city/state for self-taught web devs without a degree?
Comments
Hacker NewsDungeon Crawl: Stone Soup
Comments
Hacker NewsBuilding a New GitLab Docs Site with Nanoc, GitLab CI, and GitLab Pages
Comments
Ars TechnicaIn landslide vote, Senate boosts Biden’s moonshot, weakens FDA drug testing

Enlarge / Vice President Joe Biden stops to speak with reporters in the Senate Reception Room following the cloture vote on the "21st Century Cures Act" in the Capitol on Monday, December 5, 2016. (credit: Getty | Bill Clark)

Today, Senators overwhelmingly passed the massive 21st Century Cures Act with a 94-to-5 vote.

The $6.3 billion, nearly 1,000-page (PDF) health legislation has been in the works since 2014 and spans far-flung issues. One of the bill’s central and most controversial aims is to relax and accelerate the Food and Drug Administration’s drug approval process, which backers argue will usher new, life-saving treatments to patients faster. The bill is also designed to simplify research grants and policy, make mental health a national priority, bolster monitoring of drug-resistant bacteria, provide states with funding to fight the opioid crisis, and support three Obama-era research initiatives, including Vice President Biden’s cancer moonshot.

If it sounds like the bill has been carefully crafted to have a little something for everyone, that's because it has. The 21st Century Cures Act was the most heavily lobbied health care bill in recent history, according to Kaiser Health News. More than 1,455 lobbyists representing 400 companies and organizations were involved—that’s nearly three lobbyists for every one Congress member.

Read 9 remaining paragraphs | Comments

Hacker NewsAmazon Lightsail vs. DigitalOcean
Comments
Hacker NewsThe State of Babel
Comments
Hacker NewsMr. Robot Killed the Hollywood Hacker
Comments
Ars Technica“Trumpmania” abortion battle begins: Ohio passes extreme heartbeat bill

Enlarge / The bill, passed Tuesday, now moves on to Ohio Governor John Kasich to sign into law or veto. (credit: Getty | Leigh Vogel )

Emboldened by President-elect Donald Trump, Ohio lawmakers have passed what stands to be the most restrictive anti-abortion legislation in the country.

The so-called “heartbeat” bill would make abortions illegal if a fetal heartbeat is detected, which can be as early as around six weeks into a pregnancy. The bill does not include exceptions for cases of rape or incest, but it does allow abortions if the mother’s life is in jeopardy.

The bill violates current constitutional standards for abortion rights, and similar measures in Arkansas and North Dakota have already been struck down by federal courts. Nevertheless, the state’s Senate and House passed the bill Tuesday as part of unrelated legislation dealing with how child abuse is reported. It now moves to Gov. John Kasich to sign into law.

Read 9 remaining paragraphs | Comments

Planet IntertwinglyThe RedMonk re:Invent Recap
In the wake of last week’s annual Amazon Web Services conference, re:Invent, held at the Palazzo and Venetian in Las Vegas, the three monks who attended got together to chat about what we saw and the conference and what it means for AWS and the rest of the industry. The conversation is lightly edited for content and for incompatible emoji. sogrady (Stephen O’Grady): So, we’re all back from re:Invent last week, so first question: what were the general impressions of the show? fintanr (Fintan Ryan): High level, Amazon are executing amazingly well and remain focused even with a huge variety of new offerings. Couple of things really stand out – focus around machine learning, from elastic GPUs to new compute instances, library support and all the way through to the Lex, Polly etc announcements The hybrid story is being filled out, even if the direction of travel is ultimately one way And lots of cool stuff around Lambda sogrady: You’re actually answering my second question, as well @fintanr, which is what was the most important announcement. fintanr: 🙂 sogrady: But before we get there, @monkchips, general thoughts? monkchips (James Governor): Reinvent is a really big show now, it’s outgrown the location. The crowds were pretty crazy. Amazon is eating the world. sogrady: That was one of my big takeaways as well. 32K or whatever the attendance was was too much for that venue. For the first time it was hard to get around, and you could essentially forget about meeting people for lunch or a beer at any of the main venues. Moscone next? monkchips: Moscone seems inevitable. fintanr: Moscone would make sense to me. sogrady: Sadly. Much as I like San Francisco the city, Moscone is not one of my favorite venues. With exception of West, anyway. monkchips: Although they could zig when everyone else zags, and go for something like Javits in NYC, which is crazy big. sogrady: True. I dislike the Javits more than Moscone, but at least it’s a quick flight for me. fintanr: Quicker for @monkchips and I too monkchips: Or they could just create a really big monster truck, capacity 45k people, and drive it from city to city. sogrady: At this point, I wouldn’t put anything past them. fintanr: The re:Invent mobile. monkchips: Yeah i read these steam punk books with my son – a series called Mortal Engines, they have these cities they drive around in… sogrady: Edgar Rice Burroughs too. monkchips: Yeah Amazon does feel a lot like one of the Mortal engines though. They roam around the plains, gobbling up smaller cities and using them for parts. sogrady: Ok, next question, which @fintanr already kind of answered: most important announcements/events at re:Invent? fintanr: Actually the most important announcement in my mind wasn’t really announced to my mind @sogrady – it was the layering and interlinking of service upon service. sogrady: Say more. Are you talking about things like pushing Lambda out to the edge? fintanr: Lambda is one of the keys to everything that comes next. Yes, Lambda on the edge, its use in the ML stuff, batch processing, step functions – it’s all so well thought out. monkchips: Oh – you want us to get back on topic. Yeah for me it was AWSCloud goes On Prem. yeah lamdas at the edges, but also the new hardware form factors. For me it felt like AWS spent 3 years telling everyone they did hybrid cloud, and eventually got bored noone was listening, so they were like oh yeah – we’re going to sell servers and storage. fintanr: +1 @monkchips Selective servers and storage. I tweeted during the keynote “if I’m a storage vendor thinking data gravity wins, I am very, very scared by AWS Snowmobile.” monkchips: Actually @fintanr, given you’re agreeing with me, I think I’ll disagree with you just a bit. i am not sure everything is exactly “well thought out” with AWS. It doesn’t have the feels of a classic master plan (the kind that usually ends in disaster). Remember the company is all about small teams building independent services. It seems a lot more organic, though obviously Werner and Andy have some kind of master plan. sogrady: The Snowmobile is hilarious and scary in that way. And it’s funny, @fintanr, that you and I were reminded of the same thing: But yes. I’m in agreement with @monkchips: AWS’ development generally is much less Five Year Plan than autonomous collective. fintanr: Ah good old Project Black Box. Oh I don’t think its a completely joined masterplan @monkchips but I think lots of the building blocks are now in place, its fast iteration on the layers above for new products now. monkchips: Do we need to explain the Snowmobile thing, or has everyone on planet Earth now seen that? sogrady: Good point. For those that haven’t seen it, it’s a shipping container full of storage that sits on the back of an eighteen wheeler. Comes with private security and can ingest, what, a hundred Petabytes I think? monkchips: With some local compute. It’s designed as a faster way to get absurd amounts of data into the cloud securely. fintanr: Yes that is a truck AWS Snowmobile 100Pb container, 45 foot container #reinvent pic.twitter.com/HSb4Fpcj8e — Fintan Ryan (@fintanr) November 30, 2016 Yep, one hundred petabytes. sogrady:   They weren’t specific on the actual number of these yet, is that right, just that there is “substantial” interest? monkchips: What I found perhaps even more striking was that the Snowmobile’s little cousins, the snowballs, can now be clustered, offering sharding. @sogrady note the PR story. Jassy was “annoyed” his team ordered too many snowballs, but then the company couldn’t meet demand. sogrady: The other thing to me – and @fintanr and @monkchips will laugh about this – is that Snowmobile to me is very much a Jobs-to-be-Done offering. fintanr: The snowballs are really impressive bits of kit and add in Greengrass, its a really compelling story. @sogrady 100% Jobs-to-be-Done sogrady: In one of the original JTBD case studies, they couldn’t sell condos to empty nesters because of concerns about storage. Take away that friction, and they sold. monkchips: @fintanr say a little more about Greengrass – is that only available in Denver and certain selected markets? sogrady: Same with Snowmobile. Is “I just can’t get all of my data up to the cloud” one of the last remaining objections? Problem solved. fintanr: lol @monkchips, maybe in the Amsterdam edge network as well. Quick summary Greengrass allows you to run Lambda on the edge, essentially embedded Lambda on connected devices. monkchips: So Lamdas everywhere, basically. On the IoT side AWS announced new distribution partners such as Intel (which is obviously super-excited AWS is getting into hardware), Phillips etc. sogrady: And offline, importantly. monkchips: +1 fintanr: Offline is huge, remember James Gosling talking about the compute problems at sea that Liquid Robotics have to deal with? sogrady: Indeed. And the data costs? It was something like $1K/MB for some of the satellite networks. fintanr: And the cost of connectivity in remote locations… snap 🙂 sogrady: Though my favorite part of Gosling’s talk was the shark teeth that his autonomous robots collect. fintanr: To @monkchips point, Intel are feeling the love without doubt. I thought the mention of Arm Cortex was interesting as well. monkchips: At one of its recent events, HPE, touted its new line of Edge servers and services. Feels like AWS is looking to cut them off at the pass. Use cases, closely tied to the snowball idea (to Fintan’s point and service complimentarity if that’s a word) – such as GE wind farms, where you want some local compute, and storage because the networks suck. monkchips: sogrady: That was a magnificent idea, but we’re getting off track. Point is that AWS is extending its reach well beyond the traditional datacenter into local networks, be those storage arrays like Snowball or into connected devices via Greengrass. monkchips: But essentially it’s kind of hard to stay on track. That was a meta narrative of re:Invent. think about it 1000 significant service or feature releases in 2016, say 3 a day. How on earth can anyone keep track of that. You could now be a full time AWS industry analyst, and still not keep up. Customers are feeling the difficulty, and it’s only going to get worse. 1500 services next year, perhaps? sogrady: Do you get any sense that AWS has a problem there? monkchips: We met super smart switched on people from startups, and they were like: “wait, AWS has that already”, or oh, we know AWS now has that feature, but we just haven’t re-architected to take advantage of it yet. sogrady: We talk a lot about accelerating complexity and fragmentation at RedMonk, and it has clear negative implications outside of AWS. Could it be a real problem for them? fintanr: I feel AWS may have a problem, particuarly where things are interlinked. And yes complexity and fragmentation could definitely be a problem @sogrady. monkchips: We can end up in a situation like at IBM, where the customer ends up making architectural decisions based on what the Technical Sales Engineer recommends – you get very different answers based on whether they’re more oriented to Series i, p, x or z. fintanr: I mentioned the compute options during the keynote as an area where choice was good, but further up, it is becoming very complex monkchips: During the industry analyst summit you could almost feel the audible sighs of relief. Thank God! Complexity! We still have jobs… sogrady: I think the IBM comparison is an interesting one, for the simple reason of accessibility. Do we think AWS has an advantage here over that traditional IBM acquisition process because developers are – frequently, anyway – the ones making the selection rather than having to rely on a salesperson? lol @monkchips fintanr: 100% @sogrady monkchips: During the keynote, same, there was stuff for the server crowd – ooohhh check out the new instances. Storage People. Database people fintanr: But thats not to say AWS don’t have a big, and expanding, salesforce. I’m intrigued as to how partners are give goals on using new services as well though. sogrady: I’m also intrigued about what partners make of AWS at this point. monkchips: @sogrady somewhat. But engineering bias is a thing – and the TSE really isn’t a salesperson so much as a customer architect. Hahahah. “Partners”. Yeah was that definitely a meme at the show. Just wait six months, and you’re over. sogrady: On the one hand, huge and growing platform. On the other, like all platforms, if your offering is popular enough, it inevitably becomes a feature – it’s how platforms work. monkchips: +1 Slack, New Relic and others seem pretty confident. It was just the same when Microsoft was in its pomp, although obviously distribution mechanisms massively favour replacement of third party services in a way they didn’t previously. sogrady: Agreed. I was at New Relic’s conference a few weeks prior, and they are quite happy with where they are. And they will continue to have value because they’ll be able to traverse competitive environments in a way that’s probably not possible for AWS. fintanr: For the medium term anyway @sogrady sogrady: We’ll see. I can’t see Azure, GCE or whomever allowing full introspection by AWS, or vice versa. fintanr: Something like X-Ray is very interesting if AWS can build on it. It’s primitive at the moment, but as architectures change. That is very true @sogrady. sogrady: You should explain what X-Ray is. And without using Zipkin to define it 🙂 monkchips: or DTrace. fintanr: lol, okay, I’ll leave my love of other tracing frameworks at the door. Amazon X-Ray is a new offering which allows you to trace end to end requests on AWS and chain them together. You can get visibility into a service. sogrady: Yes, DTrace was a given. (And as an aside to Bryan Cantrill, note that we all capitalize DTrace properly.) fintanr: More interestingly you can use it on Lambda, giving visibility that people using Lambda really wanted. Also available as an agent for containers and AMIs (I haven’t dug into this yet though). And it makes everything available in pretty pictures, simple ones for now, but I would be surprised if we don’t come back next year to see complex flame graphs etc available. monkchips: I definitely see X-Ray (visibility) being used alongside Lambda Step Functions (new technology for managing Lambda proliferation, with a state machine and visual tooling for service flows). fintanr: Absolutely @monkchips, and then there is step functions with retries, very powerful. Actually on the whole Lambda area – C# support, not a surprise, but very welcome for a large customer base. sogrady: Yes, definitely worth mentioning. Of course there are several dozen other things worth mentioning that we won’t get to, so there is that. fintanr: Several dozen squared it feels, so many announcements. sogrady: But before we go down a Lambda rathole, let me ask about what seemed most important to me: AWS and OSS. monkchips: @fintanr powerful but not cheap: one last thing: #StepFunctions are 125x more expensive per invocation than #Lambda. That is…too much. — Ben Kehoe (@ben11kehoe) December 3, 2016 It gets worse. Default throttling limit for each #StepFunctions state machine: *two invocations per second* https://t.co/Y3Rt7hAmB0 — Ben Kehoe (@ben11kehoe) December 3, 2016 fintanr: Whoa, thats a huge number @monkchips. OSS: I’m concerned tbh @sogrady sogrady: Historically, AWS has said very little about open source. They didn’t say that much more this time around, with the exception of Blox, but two new faces at AWS have Open Source as part of their mandate: Zaheda and Adrian. So what do you two think this means for OSS and AWS? monkchips: Well Amazon didn’t get to where it is today by making everything cheap, which I guess does provide a bridge to our OSS conversation… fintanr: New faces are a definite plus, I do think there is a need to work on broadening a community for the OSS work, from the outset. It feels a little too much like we have published it, and they will come. Governance matters as we see time and time again. But it is very early days. monkchips: Zaheda is great. She’s been on the open source thing for a while, and clearly Adrian understands that the value is not in the code, but the service, something that AWS obviously kind of struggles with. It is indeed early days. I think that Amazon’s main job is not outward facing, but internal. Getting the memo properly socialised sogrady: Indeed, I think their success or failure to broaden AWS’s involvement in OSS will depend less on them and more on their mandate. monkchips: +1M. sogrady: Or, I suppose you could argue, their politicking skills. But I think OSS is very important for AWS, because there are competitors like Azure – ironically – trying to use it as a competitive differentiator. That’s why, the flood of announcements notwithstanding, I think the most important takeaway for me was the suggestion that AWS could be shifting its position on OSS. monkchips: One reason I found this news, which seemingly didn’t make the cut for the conference, so interesting. fintanr: Agreed @sogrady, there is definitely a change in the air sogrady: One last question: what did re:Invent mean for AWS competitors? You have
Planet IntertwinglyShould IBM be your AI and machine learning...
Should IBM be your #AI and machine learning platform? #IBMWatsonShould IBM be your AI and machine learning...IBM Technical Rock Star Program
Hacker NewsBluetooth 5 Now Available
Comments
Hacker NewsThe FSF Allows No Derivatives, and That's a Mistake
Comments
Planet IntertwinglyHey #MozAloha folks overcrowded on your phones in “Tour of Engine Room”, come over next door to “Adversial Thinking”
Hey #MozAloha folks overcrowded on your phones in “Tour of Engine Room”, come over next door to “Adversial Thinking”
Hacker NewsLiquid Haskell: Haskell as a Theorem Prover [pdf]
Comments
Hacker NewsBSD libc contains a buffer overflow vulnerability
Comments
Hacker NewsShow HN: Poets Know It – A literature network for poets to share and collaborate
Comments
Rezo.netUn tribunal correctionnel incompétent à juger un viol : une décision exceptionnelle | Azur Schmitt
Le tribunal correctionnel de Valenciennes s'est déclaré incompétent pour juger un viol, rapporte « La Voix du Nord ». Une décision exceptionnelle qui doit inciter les victimes à refuser coûte que coûte la correctionnalisation des viols, qui doivent être jugés pour ce qu'ils sont, des crimes, en cour d'assises, rappelle la juriste Azur Schmitt.
Source: Le Plus
Hacker NewsSet in Your Ways: Perl 6’s Setty and Baggy Types
Comments